SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Unilever Monde

Unilever a publié jeudi un chiffre d'affaires inférieur au consensus au deuxième trimestre, évoquant un ralentissement des marchés émergents et un malaise persistant dans les économies développées.

Le groupe anglo-néerlandais de produits de consommation courante a fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 3,8% alors que les analystes anticipaient une progression de 4,3%.

Ce C.A. s'entend hors effets de change, acquisitions et cessions.

"Globalement, il y a un ralentissement en Asie", a déclaré le directeur financier Jean-Marc Huet à Reuters, évoquant la Chine et le Vietnam en particulier. "La Russie a été difficile, vous vous en doutez".

Les marchés où Unilever est présent connaissent actuellement une croissance de l'ordre de 2,5% alors qu'elle était de 3% en début d'année, a poursuivi Huet.

Pour autant, Unilever compte toujours faire mieux que ses marchés, a encore dit le directeur financier.

Unilever a terminé le premier semestre de son exercice 2014 sur un résultat net global en hausse de 12% à trois milliards d'euros, ce qui tient essentiellement aux plus-values de cession.

 

Sur la période, les ventes du groupe qui détient les marques Skip, Omo, Dove, Rexona, Sun, Maille, Amora, Carte d'Or, Ben & Jerry's ou encore Magnum, se sont tassées en données publiées de 5,5% à 24,1 milliards d'euros, bien qu'elles progressent en termes organiques de 3,7%, soit un peu plus qu'au 1er trimestre (+ 3,6%). En effet, ce taux a atteint 3,8% au 2e trimestre.

M. Polman a enfin confirmé les prévisions antérieures non chiffrées, en réitérant s'attendre à une 'nouvelle année de croissance rentable des volumes supérieure à celles de nos marchés, une marge opérationnelle courante en amélioration, et de solides cash-flow', selon la formule déjà employée lors de la publication des résultats du premier trimestre.

Visiteurs

445715

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog