Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! SALAIRE 2015, branche CHIMIE - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Une demi-baguette de pain pour 300 millions d’euros !

 

Un semblant de négociation sur les salaires pour la branche chimie s’est tenu le 11 décembre, réunion convoquée surtout pour être en conformité avec la loi et non dans un esprit de négociation.

 

 

L’UIC syndicat patronal, propose (impose) 0,6% pour l’année 2015.

 

Que dire de cet affront fait au travail des salariés ?

L’UIC ayant convaincu certaines organisations de salariés que leurs salaires étaient « un boulet » pour la compétitivité, gagnant même leurs signatures, elle n’a plus de barrières si les travailleurs restent spectateurs.

Bravo aux signataires du Pacte de Responsabilité (CFDT, CFTC, UIC) : ces négociations sont le reflet de leur alliance contre les salaires des travailleurs.

Ceux qui ont signé le pacte, considérant que le travail est un coût, ont donné un chèque en blanc à l’UIC : les patrons bénéficieront de 300 millions d’euros/an, payés par nos impôts, et n’augmenteront les salaires que de 0,6%, soit moins d’une demi-baguette de pain par jour.

Ces 300 millions d’euros représentent/an   1500€/salarié, soit 125€/mois, sur la base de 200 000 salariés : une somme que les salariés paieront en impôts. En retour, des promesses sans lendemain, des « clopinettes » en matière de salaires, et à fond les dividendes pour les actionnaires, au détriment même des investissements industriels.

Ceux qui prétendent négocier sans l’appui des salariés et se disent « syndicalistes responsables », doivent aujourd’hui rendre compte de ce qu’ils apportent, ou pas, aux salariés, puisque nous avons vu ce qu’ils donnent aux patrons.

Pour la CGT, nous l’avons toujours dit, sans l’implication des salariés, notre voix n’aura aucune portée face à un patronat revanchard.

Quelques éléments :

Mise en lumière du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) au bénéfice des employeurs : une étude INSEE montre qu’il représentera 6 % en moyenne de la masse salariale en 2015, à comparer aux 0,6% décrétés par l’UIC.

A quoi servent les richesses créées par les salariés.

1 milliards de dividendes distribués sur 1,4 milliards de bénéfice, chez Air liquide.

47 % de dividendes versés chez l’Oréal.

70 millions de EBITDA prévus chez Rio tinto pour 2014 : Résultat fin octobre de 180 millions. Alors que seulement 0,5% d’augmentation générale est proposé sur les salaires.

Les profits ne servent plus à investir pour l’avenir mais à cumuler les richesses sur des comptes bancaires.

Leurs intérêts ne sont pas les nôtres !

Organisons-nous collectivement pour ne plus subir, tel est l’appel de la CGT à l’ensemble des salariés.

Les négociations dans les entreprises appellent l’intervention des salariés, face à des employeurs qui feront des propositions dans la lignée de celles de l’UIC.

AGIR OU SUBIR :

LES SALARIES DOIVENT CHOISIR

LA CGT APPELLE A LA MOBILISATION, AUX SOLIDARITES DE LUTTE POUR LES REVENDICATIONS.

Commenter cet article

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog