Comment nous veulent les patrons

par Syndicat CGT Le Meux  -  1 Février 2015, 19:22  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Comment nous veulent les patrons ?

Entièrement soumis à leur volonté !

 

PLUS DE COTISATIONS SOCIALES (retraites, chômage,...) c’est-à-dire disparition du salaire socialisé*.

CONSÉQUENCES : tout ce que les patrons ne veulent plus payer, sera payé par nos impôts dont la TVA, la CSG, que d’ailleurs ils veulent encore augmenter. Plus de couverture sociale, donc recours aux assurances privées qui vont, bien sûr, ne plus avoir de limites dans leurs tarifs.

· PAS DE COUP DE POUCE AU SMIC ? Salaires et pensions tirés encore plus vers le bas. Quant aux négociations annuelles sur les salaires, les patrons proposent des montants humiliants tant ils sont faibles et les syndicats réformistes (ou devrait-on dire plutôt complices ?) commencent la négo à 1 % ! Quelle ambition pour les salariés !

· ATTAQUES CONTRE LES INSTITUTIONS REPRÉSENTATIVES DU PERSONNEL (IRP), CONTRE LE CODE DU TRAVAIL, la Médecine du travail, les prud’hommes qui seraient nommés et non élus, disparition progressive des inspecteurs du travail, fusion AGIRC/ARRCO et diminution drastique des retraites actuelles et futures… Aujourd’hui, on supprime le repos hebdomadaire (« sur la base du volontariat », bien sûr !), ou on augmente la durée du temps de travail pour un même salaire. A quand le travail des enfants de 5 ans ?

TOUT VA DANS LE MÊME SENS d’une suppression progressive, sous prétexte d’austérité, de tout ce qui protège les salariés, de ce qui a été mis en place au prix de luttes longues et dures, de sacrifices, pour livrer les travailleurs au bon vouloir des patrons. Le 21ème siècle commence à ressembler furieusement à celui de Germinal !

Dans le même temps, des « révélations » s’abattent sur la CGT : posons-nous la question « à qui profite le crime ? » et attachons-nous, plutôt que de discuter des accusations portées, aux enjeux de la politique menée par le Medef et le Gouvernement, ainsi que leurs complices signataires du Pacte de Responsabilité, aux menaces sur la vie des populations – sauf sur celle des grands patrons (ne mettons pas dans le même sac l’artisan de notre voisinage et le PDG du CAC 40 ! ). Il faut remettre la CGT en marche, régler les questions en interne pour redonner de la sérénité aux militants, de la crédibilité aux adhérents et aux salariés en général, actifs ou retraités. Notons d’ailleurs que les attaques portées contre notre Secrétaire général n’ont eu qu’une incidence limitée sur les résultats des récentes élections professionnelles : les électeurs ont su distinguer, avec lucidité, les erreurs d’un très petit nombre de responsables et le travail essentiel et indispensable du plus grand nombre.

Les médias, si prompts à relayer toute information négative concernant la CGT, sont bien silencieux quand il s’agit de rapporter les grèves générales, les manifestations monstres, dans les pays qui vivent aujourd’hui, Grèce, Italie, Espagne, Portugal, Irlande, Belgique,… ce que nous vivrons demain si nous continuons à laisser faire.

ALORS, AVEC NOTRE BELLE ET GRANDE CGT, À NOUVEAU REVENDICATIVE, COMME NOS CAMARADES ÉTRANGERS, SOYONS DANS LA LUTTE.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :