Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Radio-France - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

quatre syndicats sur cinq retirent leur préavis de grève... grève qui a tout de même été reconduite !

C’est vers 17h15 que tout a basculé, ce mardi après-midi. Depuis quelques minutes déjà, on sentait que tout avait été dit, que tous les arguments avaient été échangés au cours de ces deux heures d’assemblée générale à Radio France (alors que s'écoulait un 27e jour de grève — retrouver ici le déroulé de la crise à Radio France).

Certains syndicats n’étaient pas favorables à la poursuite du mouvement – l’Unsa, par exemple, l’avait déjà dit la veille, sous les huées —, mais le déchaînement des applaudissements, à chaque intervention pro-grève, ne laissait planer aucun doute sur la détermination des présents à continuer.

« On vote ! On vote ! » S’est mise à scander la salle, impatiente de constater sa force dans une forêt de bras levés.

Le premier, Jean-Matthieu Zahnd de la CGT s’est levé. Il a pris le micro et, de sa voix de basse, a prévenu : « Il va y avoir des appréciations différentes… Ce que je peux dire de notre point de vue, c’est qu’hier on a voté la reconduction parce qu’on voulait la prolongation de la médiation (…) Aujourd’hui, pour faire pression sur la tenue du conseil d’administration, et par rapport aux échéances politiques de demain, notre position est de reconduire la grève (...)».

La salle a regardé Jean-Paul Quennesson, de Sud, approcher à son tour du centre de l’estrade. Le musicien, dont la ferveur fait souvent frissonner les AG, a commencé par rappeler l’unanimité de l’intersyndicale. Puis après s'être justifié « Nous avons fait voter nos adhérents », a annoncé que Sud retirait son préavis de grève.

Intervenant à la suite, la CFDT a annoncé qu'elle retirait son préavis de grève.

Brièvement, l’Unsa a confirmé qu’elle n’avait pas changé de ligne depuis la veille, et qu'elle avait retiré son préavis de grève.

Cela faisait deux heures que quatre cents personnes, voix fortes et joues rouges, entretenaient la flamme du combat social à coups de formules chocs (« ça emmerde tout le monde et c’est pour ça qu’il faut continuer cette grève ! »), de moments un peu fourbes (une imitation de la démarche et de l’attitude de Mathieu Gallet, l’espoir d’un nouvel article contre le Pdg dans Le Canard enchaîné), de nouvelles réconfortantes (« Il y a 117 500 euros dans la caisse de grève ! »).

Malgré la retraite de quatre organisations syndicales sur cinq, et la suppression des préavis en vigueur depuis le 19 mars, l’Assemblée générale a voulu voter. Elle a décidé de poursuivre la grève un vingt-huitième jour. Rendez-vous a été donné mercredi 15 avril à 10 heures, pour une nouvelle AG, « pour organiser l’après ».

Commenter cet article

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog