Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Hôpitaux de Paris en grève unitaire - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

" Repos préservé, qualité des soins assurée
les RTT, c’est pour souffler "

Plusieurs milliers de salariés des hôpitaux de Paris se sont rassemblés ce jeudi 21 mai sous les fenêtres du directeur général de l’APHP, point d’orgue d’une journée de grève d’une ampleur unitaire inédite depuis des années. Martin Hirsch fait bien en effet l’unanimité contre son projet de plan stratégique rejeté par l’ensemble des syndicats (CGT, Sud, FO, CFDT, Unsa, CGC). Les manifestant ont été rejoints par le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez qui leur a apporté le soutien "de toute la CGT".

"Repos préservé, qualité des soins assurée" : les syndicats sont à l’unisson contre le projet de réorganisation des 35 heures grâce auquel, notamment, Martin Hisch espère réaliser 20 millions d’euros d’économies. Le DG de l’APHP entend ouvrir des négociations le 28 mai après une première réunion qui a mis le feu aux poudres et fâché les syndicats. "Nous voulons négocier sur la base de nos revendications, pas sur celles de M. Hirsch" qui ne visent "qu’à faire des économies sur le dos du personnel", résume Rose May Rousseau, secrétaire générale de l’Union syndicale CGT de l’AP-HP.

Actuellement, plus de 60% des agents travaillent 7h36 (38 heures/semaine) ou 7h50 (39h10) par jour, avec un nombre de RTT allant de 18 à 20 jours par an, auxquels s’ajoutent des journées propres à l’AP-HP. Mais du fait de la mise en place des 35 heures sur fond d’économie sur la masse salariale, le manque de personnel empêche les agents de prendre leurs RTT qui s’accumulent sous forme de comptes épargne temps, dont le stock est évalué à 74,7 millions d’euros fin 2014. La réduction des plages horaires journalières à 7h30, voire 7h00, atténuerait ces frais, en diminuant, ou supprimant les RTT. M. Hirsch a d’ores et déjà exclu la "généralisation" de la journée de 7 heures. Mais pour la l’USAP-CGT, cette réduction des plages horaires sans embauche serait "socialement injuste pour des agents dévoués et en première ligne au quotidien auprès des patients" et dont les salaires sont gelés depuis 2010. "Faire en 7h ce qui se fait en 7h36, se traduirait par une productivité plus intense, moins de repos", et nuirait à la "sécurité des patients", s’indigne Rose May Rousseau.

 

Commenter cet article

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog