Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! SIX JOURS DE GREVE POUR DEUTSCHE BAHN - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le syndicat des conducteurs de train allemand réclame une hausse de 5% des salaires et une réduction du temps de travail hebdomadaire de 39 à 37 heures. L’Allemagne s’apprête à vivre la plus longue grève de chemin de fer de son histoire. Le syndicat corporatiste GDL regroupant les conducteurs de train de la compagnie publique Deutsche Bahn a lancé dimanche un préavis de grève pour ce lundi. Le mouvement débutera à 15h00 dans le transport de marchandises et dans la nuit de mardi à 02h00 dans celui des voyageurs, pour s’achever dans les deux cas dimanche à 09h00. Devant durer en tout six jours, ce mouvement s’annonce déjà comme historique dans sa durée et intervient après une série d’arrêts de travail depuis l’été 2014, le dernier ayant eu lieu du 21 au 24 avril dernier.

GDL, qui représente un dixième des 200.000 employés de la Deutsche Bahn, réclame une hausse de 5% des salaires et une réduction du temps de travail hebdomadaire de 39 à 37 heures. Il veut en outre le droit de négocier au nom d’autres catégories d’employés comme le personnel de bord. Pour le patron du syndicat, Claus Weselsky, les cheminots luttent pour leur « droit fondamental » et Deutsche Bahn ne fait que les « forcer » à user de l’arme de la grève.

Deutsche Bahn avait encore demandé le recours à un arbitrage avant l’annonce du préavis de grève. Le syndicat GDL reproche à la compagnie de vouloir laisser pourrir la situation jusqu’à ce qu’une loi entre en vigueur en juin n’impose l’unicité des conventions collectives, synonyme de perte d’influence pour les petits syndicats. Deutsche Bahn décrit cette prochaine grève comme absolument inappropriée et excessive. Le ministre fédéral des Transports, Alexander Dobrindt, (CSU) l’a rejoint dans la critique, voyant « la limite du supportable » atteinte dans la population allemande à l’égard d’un conflit devenu interminable.

Les Echos

Commenter cet article

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog