Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Unilever aide les élèves pour compenser son plan social - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La Garenne-Colombes, lundi 4 mai 2015. Le lycée des métiers La Tournelle est l’un des quinze établissements qui profiteront de la convention signée avec Unilever, permettant de financer notamment du tutorat pour les élèves .

Unilever va aider les élèves des Hauts-de-Seine à devenir les professionnels de demain. Le géant mondial de l’agroalimentaire et des produits de la maison, dont le siège français est installé à Rueil-Malmaison, a signé ce lundi un programme d’aide de 218 000 € pour trois ans en faveur de quinze lycées du département.

Une convention obligatoire pour l’entreprise qui, dans le cadre de son plan social, doit en effet s’engager envers l’Etat à mener des actions de revitalisation économique sur le territoire où elle est implantée. Le préfet a salué un programme qui devrait aider les jeunes à accéder à des métiers plus qualifiés.

Quinze lycées généraux et professionnels, dont huit * déjà engagés, sont concernés par la convention signée ce lundi entre Unilever, la préfecture des Hauts-de-Seine et la direction académique. «Le programme cible les élèves qui ont des difficultés à se projeter en post-bac, avec l’objectif d’élever leur ambition afin qu’ils poursuivent leurs études le plus loin possible», a indiqué l’adjoint du directeur académique, précisant que chaque établissement avait carte blanche pour la mise en œuvre concrète des actions : tutorat avec les deux sites universitaires partenaires (les IUT de Sceaux et Ville d’Avray), échange d’enseignants, intervention de profs d’université dans les lycées...

Au-delà de la manne financière de 218 000 €, Unilever assure que ses équipes s’investiront dans le projet. «Les élèves pourront venir visiter l’entreprise», assure M. Faure, directeur des ressources humaines d’Unilever, «Et à l’inverse, des collaborateurs pourront se rendre dans les lycées pour parler de leur métier et inciter les élèves à poursuivre leurs études». Cependant, même s’il prône la mixité, «nous voulons que nos collaborateurs ressemblent à nos clients», le DRH reconnaît que ses managers sont très majoritairement issus des grandes écoles et universités.

Première convention pour un programme éducatif

Les conventions de revitalisation s’imposent aux entreprises qui procèdent à des licenciements collectifs. Ces conventions sont destinées à soutenir l’activité économique du bassin d’emploi touché par ces licenciements. Ces conventions apportent des financements au développement des entreprises du bassin d’emploi mis en difficulté. Dans le cas d’Unilever France, le plan social représentait pour les Hauts-de-Seine 51 emplois supprimés, indique la préfecture.

Le contenu de la convention est négocié avec l’Etat : «Une négociation s’engage sur les actions, et sur le montant à verser par l’entreprise par emploi supprimé. La santé financière de l’entreprise est prise en compte», précise Virginie Lasserre, sous-préfète en charge du développement économique.

Dans les Hauts-de-Seine, une quinzaine de conventions de revitalisation, d’une durée de trois ans, sont actives et neuf sont en cours de négociation. Jusqu’à présent, elles avaient pour objectif de créer des emplois : «Nous avons par exemple des programmes de soutien au développement de start-up, ou à de nouvelles entreprises de l’économie sociale et solidaire», énumère Virginie Lasserre. La convention de partenariat avec Unilever a l’originalité de viser davantage la future «employabilité» des jeunes bénéficiaires, en leur donnant un coup de pouce et en les encourageant à poursuivre leurs études.

Rappel : Unilever France à perçu en CICE, (Crédit d'Impôt pour la  Compétitivité et l'Emploi) :

2 millions d'€ en 2014 et en 2015, il sera encore plus important, alors le programme d'aide de 218000€ sur trois ans, c'est du foutage de gueule !!!

Unilever devrait plutôt revoir sa politique salariale et mieux payé ses salariés...

Commenter cet article

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog