Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! ÉLECTRICITÉ +8% AU 1er AOÛT ? - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Electricité : le régulateur préconise une hausse de 8 % au 1er août

Les Français risquent de voir leur facture d’électricité s’alourdir au cours de l’année à venir.

Le gouvernement va devoir se prononcer dans les jours à venir sur les préconisations de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui vient de publier son rapport sur les tarifs réglementés de l’électricité. Ce rapport recommande une hausse de 8 % au 1er août des tarifs bleus, appliqués aux particuliers et aux petits consommateurs.

Cette augmentation, liée à des rattrapages tarifaires au titre des années précédentes, affecterait les tarifs pendant un an. Pour en lisser l’impact sur la facture des consommateurs, le régulateur souligne que l’effort pourrait aussi être limité à 3,5 % au 1er août 2015, mais qu’il devrait dans ce cas être appliqué pendant deux ans.

Il s’agit de compenser l’impact de décisions passées, alors que les différents gouvernements ont jusque là choisi, pour épargner les consommateurs, de ne pas respecter l’obligation légale de couverture des coûts comptables de l’opérateur historique EDF. Il y a tout juste un an, la ministre de l’énergie Ségolène Royal avait notamment annulée la hausse de 5% prévue au 1er août 2014, et décidé de revoir la méthode de calcul des tarifs.

L’adoption à compter du 1er novembre 2014 de la nouvelle méthode, dite «  d’empilement  », avait permis de limiter la hausse des tarifs à 2,5 % à cette date. Alors que dans l’ancienne méthode il s’agissait de couvrir les coûts comptables d’EDF, cette nouvelle méthode prévoit d’additionner les coûts de transport, les taxes et le prix de fourniture de l’électricité -qui a lui-même baissé.

Selon les calculs de la CRE, cette nouvelle méthode appliquée seule, hors rattrapage, aboutirait à une baisse de 1 % des tarifs bleus. Mais cette baisse est largement compensé par les rattrapages nécessaires sur les années 2012, 2013, et 2014 (jusqu’au 1er novembre). Le régulateur chiffre le manque à gagner total pour EDF à 2 milliards d’euros (dont 1,68 milliard pour les seuls tarifs bleus), dont une petite partie seulement (205 millions d’euros) ont été rattrapés par la hausse du 1er novembre 2014.

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement. Aller à nouveau à l’encontre du régulateur l’exposerait au risque de nouveaux recours en justice, comme en ont déjà déposé, avec succès, les concurrents d’EDF. Alors que l’électricien réclame à corps et à cri une augmentation de ses tarifs, il peut aussi sembler difficile de la lui refuser, alors même qu’il l’a poussé à soutenir Areva dans le cadre de la refonte de la filière nucléaire française.

Anne Feitz

Commenter cet article

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog