LIVRET A = 0,75% AU 1er AOÛT - L’ARNAQUE DE L’ÉTÉ CONTRE L’ÉPARGNE POPULAIRE

par Syndicat CGT Le Meux  -  20 Juillet 2015, 17:34  -  #Notes d'information Cgt Unilever

LIVRET A = 0,75% AU 1er AOÛT - L’ARNAQUE DE L’ÉTÉ CONTRE L’ÉPARGNE POPULAIRE

LES ÉCHOS

Le gouvernement a choisi de suivre la recommandation du gouverneur de la Banque de France d’abaisser le taux du livret A de 1% à 0,75% au 1 er août.

Le suspens aura duré jusqu’au bout ! Cinq jours après la publication des chiffres de l’inflation , le gouverneur de la Banque de France a finalement décidé de déroger une nouvelle fois à la formule de calcul automatique du taux du livret A.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, Christian Noyer a proposé ainsi d’abaisser la rémunération du produit d’épargne populaire à 0,75% à partir du 1er août, contre 1% actuellement.

Dans la foulée, le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé qu’il suivait la recommandation du gouverneur.

« La stricte application de la formule des taux de l’épargne réglementée conduirait à abaisser, à partir du 1er août, le taux du livret A de 1% à 0,50%. Ce niveau reste nettement supérieur à celui du taux directeur de la BCE, qui est de 0,05%, souligne-t-il dans un communiqué.

Toutefois, compte tenu de la prévision d’une légère augmentation de l’inflation d’ici la fin de l’année et dans la perspective de préserver encore mieux le pouvoir d’achat des épargnants, le gouverneur considère qu’il est justifié de déroger à la stricte application de la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité. »

Négociations difficiles

Les négociations avec l’exécutif auront duré près de cinq jours. En effet, le gouverneur de la Banque de France est le seul à pouvoir décider de déroger à l’application de la formule de calcul mais, s’il le fait, c’est ensuite au gouvernement de décider où il place le curseur de la rémunération du livret A.

Si Christian Noyer a mis tant de temps à se prononcer, c’est qu’il lui fallait convaincre l’exécutif de percer le plancher historique actuel du taux, à 1% depuis un an. Déjà en janvier, le gouverneur avait préconisé une baisse mais le président de la République avait refusé de franchir ce seuil qu’il jugeait politiquement trop sensible.

Visiblement, un travail de pédagogie de longue haleine a fini par porter ses fruits. La Caisse des dépôts aurait aussi poussé en faveur d’une baisse qui ne peut que profiter au financement du logement social, les prêts aux HLM étaient en effet assis sur la collecte du livret A.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :