Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Et David Pujadas dégaina le Code du Travail honni - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Comme désormais tous les soirs, David Pujadas a manipulé l’opinion, le 9 septembre au journal de 20 heures, au lieu d'informer.

Il a sorti de dessous la table « notre fameux Code du travail, si lourd avec ses près d’un kilo et demi ». En bon comédien, il l’a brandit devant la caméra et l’a posé violemment devant lui pour en faire sentir tout le poids (voir l'extrait vidéo, ci-dessous).

En fait, France 2 nous avait déjà fait le coup en mai 2014, mais à l'époque c'était François Lenglet qui était arrivé à l'écran avec un Code du travail français de 3000 page et un code allemand de 100 pages.

A l'époque les gens sérieux avaient objectés que le Code Français présenté par François Lenglet, contenait aussi des commentaires et la jurisprudence (notamment les arrêts de la Cour de cassation), et que le Code du travail allemand, complété de ses commentaires et la jusrisprudence faisait aussi 3000 pages.

Mais rien n'est assez gros pour tromper les français !

Donc, le Code du travail est l’ennemi de David Pujadas et de la rédaction de France 2. Cela explique sûrement sa présence sur le plateau.

Déjà, le titre du 20 heures omettait de lui accorder une majuscule : « Travail : la fin du code ? »

Puis le présentateur annonçait la « réforme du droit du travail : le gouvernement va faire primer la négociation sur la loi ».

Et interrogeait sur son unique préoccupation : « Le Code du travail va-t-il mincir ? »

Cette obsession réactionnaire ne date pas d’hier.

Le 20 heures de France 2 a l’habitude de s’appesantir sur le poids et l’épaisseur du Code du travail, dont des piles entières illustrent de nombreux sujets consacrés à son indispensable cure d’amaigrissement.

Le JT reprend ainsi l’image de la couverture du livre de l’économiste libérale Agnès Verdier-Molinié, à qui la chaîne a déjà déroulé un tapis aussi rouge que la couverture dudit Code.

Le JT de France 2 reprend surtout les arguments et les chiffres répétés par le Medef… et unanimement invalidés, du Monde à Slate en passant par l'Humanité et  Mediapart, et même Le Figaro.

Au travers des pseudos « décryptages » l’on apprend tout de même que l'édition Dalloz (en général prise comme référence) ne comporte pas seulement les articles de loi mais aussi des pages et des pages de « notes de rédaction » et de « notes jurisprudentielles ». C’est ce qui explique son surpoids.

On y apprend aussi que les Allemands ont un Code aussi prétendument obèse que celui des Français, avec ses trois mille pages.

Tous ces démentis à la propagande patronale ne font pas plier David Pujadas et la rédaction du 20 heures, fidèles supporter du Medef.

Après un sujet expliquant que le gouvernement envisage de « bouleverser la hiérarchie existante en faisant primer la négociation sur la loi », Jean-Paul Chapel détaille en plateau certains changements concrets que la réforme entraînerait. C’est à ce moment que le présentateur brandit son pavé.

« Jean-Paul, petite question complémentaire, est-ce que cela va alléger ceci : notre fameux Code du travail, si lourd avec ses près d’un kilo et demi. »

« Non, David. » Malheur de malheur ! « Ce Code, il sera toujours aussi lourd avec ses quelque trois mille pages. »

Trois mille pages ? C’est monstrueux ! « Merci Jean-Paul, trois mille pages, ça fait effectivement beaucoup de lecture », conclut David en tapotant son pavé.

Commenter cet article

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog