celui qui n'a pas le courage de se rebeller n'a pas le droit de se lamenter La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail
COMPIÈGNE Le ton monte d’un cran contre la loi travail

Entre 230 et 500 manifestants, selon la police ou la CGT, ont protesté ce jeudi 19 mai à Compiègne contre la loi travail. Deux incidents ont marqué la manifestation.

Constitué depuis 10 heures devant la sous-préfecture de Compiègne, le cortège s’est mis en marche vers 10h30 en direction du centre-ville. Ils étaient environ 230 à défiler contre la loi travail, à l’appel de plusieurs syndicats, ce jeudi 19 mai.

Quelques pneus incendiés

En route vers la gare, le cortège a fait une pause sur le pont Solférino, bloquant la circulation. Quelques pneus ont été incendiés sur l’ouvrage, nécessitant l’intervention des pompiers. « C’est le signe que la tension continue de monter  », a commenté un manifestant. «  La loi travail, on n’en veut pas, la loi travail, c’est Germinal  », résonne dans les haut-parleurs.

Des manifestants sur les voies en gare de Compiègne

Une fois arrivée à la gare de Compiègne, alors qu’il était prévu que le cortège passe son chemin, la grande majorité des manifestants a investi le hall, puis le quai, puis les rails de la voie numéro 2, celle où circulent notamment les trains de la ligne Paris-Saint-Quentin. À ce moment de la manifestation, la CGT estime qu’environ 500 personnes participaient. La police évoque plutôt 250 protestataires.

Les manifestants sont restés un peu plus d’une heure. Un agent de la SNCF est venu les prévenir : «  C’est un délit d’entrave à la circulation. » Des chants lui ont répondu. Alors que des policiers arrivaient en renfort, un homme rigole en regardant les cailloux sur les voies : «  Les pavés sont vachement plus petits qu’à la Sorbonne !  » Un autre répond : «  Oui, mais y’en a beaucoup plus !  ».

La manifestation s’est achevée dans le calme

Finalement, pas d’affrontement. Le cortège a quitté la gare tranquillement, sous le regard noir des passagers privés de leur train. Le cortège a ensuite rejoint calmement le cours Guynemer, en franchissant une nouvelle fois le pont Solférino. Un petit blocage de la circulation, et la manifestation s’est achevée dans le calme.

 

Commenter cet article

Visiteurs

222538

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog