Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Valenciennes : manoeuvres aux Prud'hommes de la direction de Bombardier pour tenter de licencier le militant José Dessily - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Source : La Voix du Nord

 

Valenciennes : explosion de colère des Bombardier, ce matin, devant les Prud’hommes

Publié le

Par Diane Lenglet

 

Les syndicats USTM-CGT et Sud ont très mal pris, ce mercredi matin, le report du dossier José Dessilly, l’un de leurs collègues, chef d’équipe chez Bombardier, qui a reçu sa lettre de licenciement le 16 juin. Viré pour avoir participé à une manifestation devant l’usine, le 7 juin, l’homme est passé par une grande vague de détresse avant qu’un mouvement de soutien se mette en place. Les syndicats avaient déposé une action en référé devant les Prud’hommes de Valenciennes pour demander sa réintégration.

Ce matin, à l’annonce du report du dossier, les manifestants ont explosé de colèreBombardier aurait expliqué qu’il lui manquait des pièces pour pouvoir contrer l’action en référé et la demande de réintégration de l’ancien chef d’équipe. Les syndicats ne comprennent pas ou disent trop bien comprendre au contraire de quoi il retourne. L’usine fermant comme chaque année ce 22 juillet pour trois semaines, les dirigeants voudraient, selon eux, « gagner du temps et tabler sur la baisse de la mobilisation en raison des congés. » « Qu’est-ce qui manque comme pièces, sinon ? De quel temps ont-ils besoin pour les étudier ?

Dedans, il y a deux pages seulement : des attestations sur l’honneur et la lettre de licenciement qu’ils sont censés connaître puisque c’est eux qui l’ont écrite ! » faisait remarquer sur le seuil des Prud’hommes, Ludovic Bouvier, qui dénonce deux atteintes aux droits : humain, avec la mise sur la touche d’un homme, et syndical puisque « c’est le droit de grève qui est tout simplement mis en cause ».

Le licenciement pour faute grave de José Dessilly serait en effet justifié par sa participation, le 7 juin, à un « débrayage » devant l’usine disent les syndicats ; à « un blocage » selon la direction.

Le tribunal envahi une demi-heure durant

Dès l’annonce du report, les manifestants ont envahi le tribunal pour dire leur colère. Au bout d’une demi-heure, ils ont été conviés à libérer les lieux. « Nous, quand on bloque, on nous envoie les CRS, c’est le tribunal tout de suite. Pour nous, il n’y a pas de report ! »

En veste malgré la chaleur, prêt à faire entendre sa voix, José Dessily, trente-huit ans de boutique, semblait d’un calme serein. Malgré cette apparence, ses « camarades » n’ont eu de cesse de venir lui témoigner leur affection et leur soutien, preuve que l’homme est très apprécié. « Hier, on a parlé jusqu’à plus d’1 heure du matin. C’est important de parler, ne pas rester seul », a-t-il confié.

Commenter cet article

Visiteurs

232288

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog