Unilever : les hausses de prix sauvent le chiffre d'affaires

par Syndicat CGT Le Meux  -  13 Octobre 2016, 20:12  -  #Notes d'information Cgt Unilever

La Haye - Le géant néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a publié jeudi un chiffre d'affaires stable pour le troisième trimestre, soulignant que le résultat de ses ventes avait été freiné par les taux de change.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 13,38 milliards d'euros contre 13,4 milliards à la même période un an auparavant, soit une baisse de 0,1%, a indiqué dans un communiqué Unilever, qui ne publie pas de bénéfice net sur la période.

Sans tenir compte des taux de change, les ventes affichent une hausse de 3,4%, a ajouté le groupe, soulignant qu'une forte base de comparaison et des "conditions de marché qui se détériorent" contribuent également à expliquer le chiffre d'affaires.

Dans son communiqué, Unilever indiqué que la demande a diminué en particulier en Amérique centrale et du Sud, après des dévaluations de monnaies locales ce qui a augmenté le coût de la vie pour ses clients.

Le groupe, qui a récemment acquis plusieurs sociétés pour "restructurer son portefeuille", a enregistré des ventes à périmètre comparable en hausse de 3,2% grâce à une hausse des prix de 3,6%. Les volumes, eux, étaient en baisse de 0,4% à cause d'une forte base de comparaison, assure Unilever.

Ce chiffre est supérieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, qui avaient prévu une hausse de 2,8%.

Unilever, qui emploie plus de 173.000 personnes à travers le monde, commercialise notamment les soupes Knorr, l'huile d'olive Bertolli, les déodorants Rexona et la pâte à tartiner Marmite, très célèbre au Royaume-Uni.

A la suite d'une hausse de son prix, celle-ci a disparu du site internet de la chaîne britannique Tesco. La troisième plus grande chaîne de supermarchés au monde a refusé d'augmenter les prix des produits Unilever comme le groupe le lui demandait.

Selon le Financial Times, Unilever aurait exigé cette hausse afin de compenser le renchérissement des marchandises importées à la suite de la récente chute de la livre sterling liée aux craintes autour du Brexit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :