celui qui n'a pas le courage de se rebeller n'a pas le droit de se lamenter La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Ils croient venue l'heure de s'en prendre à Ambroise Croizat et à tous les conquis sociaux ! - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Occupant les antennes durant des semaines, flanqués de tous les "experts"en économie qui depuis des années martèlent que nous vivons au dessus de nos moyens et que les comptes "sont au rouge" ils ont le sentiment d'avoir remporté la bataille idéologique ouvrant la voie à la politique la plus réactionnaire infligée à notre peuple depuis des décennies.

Le pouvoir et le parti socialiste ont largement ouvert les vannes à cette contre-révolution sociale et politique : reniement des engagements, campagnes et largesses en faveur du MEDEF, campagnes contre le droit du travail et les garanties collectives (loi ElKhomri, referendum d'entreprise, répression contre les militants syndicaux engagés dans les luttes ...).

François Fillon n'a plus eu qu'à ramasser la mise et afficher sa volonté d'étendre à tout le pays jusque dans la gestion du secteur public, le type d'accord d'entreprise arraché chez Smart à Hambart, 39 heures payées 37 sous le chantage à la délocalisation et à la fermeture de l'entreprise.

Telle est en effet la conception de la droite nouvelle mouture : la dictature du capital déguisée en rempart de la faillite de leurs propres politiques de régression sociale, d'austérité pour les travailleurs en rendant responsable de ce naufrage les conquis sociaux des travailleurs depuis la Libération qu'ils n'ont jamais accepté et qu'ils croient pouvoir détricoter.

_________________

Quelques aspects du programme "social" de Fillon :

hausse de la TVA

les 39 heures payées 37

le licenciement de 500.000 salariés de la fonction publique

 en matière de sécurité sociale, le non-remboursement de ce qu'il appelle les "petits risques" et l'ouverture aux assurances et à la capitalisation

l'allègement de la fiscalité du capital et la suppression de l'impôt sur la fortune

...

Ne nous laissons pas intimider par cette offensive contre nos conquis désignés mensongèrement comme responsables du chômage de masse et de la misère qui frappe des parties importantes de notre peuple.

Ce sont leurs politiques d'austérité, la domination du patronat à la recherche du profit maximum, le capital financier avide de dividendes, la fraude fiscale massive des multinationales (des milliards d'euros tous les ans), l'Union européenne qui impose la concurrence entre peuples et travailleurs, les politiques menées par les gouvernements de droite et de "gauche" de démantèlement des services publics, de désertification des territoires ruraux ... qui sont les causes majeures de la crise actuelle!

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres!

Pas d'autre voie que le développement des luttes, la résistance farouche à leurs agressions comme par exemple ce samedi 3 décembre aux côtés des précaires et des sans emploi!

Et pas d'autre voie que la bataille des idées pour démolir les mensonges qui sous-tendent leurs objectifs.

Soyons fiers des conquis sociaux de la classe ouvrière qui loin d'être responsables du marasme actuel ont par exemple joué un important rôle protecteur au moment de la crise du système capitaliste de 2008!

Commençons par redonner dans l'espace public la place à nos grandes figures qu'ils ont toujours voulu maintenir dans l'oubli et dans l'ignorance dans la mémoire collective populaire!

Commenter cet article

Visiteurs

222538

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog