Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Les 10 % les plus aisés captent plus du quart des revenus - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Les 10 % des Français les plus riches captent un peu plus du quart (27 %) de la masse globale des revenus, presque dix fois plus que les 10 % les plus pauvres (2,9 %).


Les ménages vivant en France se sont partagé un peu moins de 1 000 milliards d’euros de revenus en 2013 après impôts et prestations sociales, selon les dernières données disponibles de l’Insee [1]. Le dixième le plus riche a capté un peu plus du quart (27 %) de cette masse, presque dix fois plus que le dixième le plus pauvre (2,9 %). Concrètement, alors que les premiers empochaient 270 milliards d’euros, les seconds recevaient 29 milliards. Le système français de redistribution, fait d’impôts et de prestations sociales, est loin d’égaliser les parts. Cette situation est le reflet des inégalités de salaires, des pensions de retraite et de la très inégale distribution des revenus financiers.

Depuis 2008, le revenu disponible annuel que se partage la population a stagné, mais au cours de la période 2003-2013, il a augmenté de 113 milliards d’euros après inflation, soit plus de 10 %. La croissance est ralentie, mais elle n’est pas nulle. Sur ces 113 milliards, 42,4 sont allés aux 10 % les plus riches des ménages et 2,3 milliards aux 10 % les plus pauvres, ce qui représente 37,5 % d’un côté, 2 % de l’autre. Les 30 % les plus aisés, c’est-à-dire les couches moyennes les plus favorisées et le haut de la distribution, ont capté les deux tiers de la variation de l’enrichissement.

On n’assiste pas à un appauvrissement généralisé des plus modestes ou encore à une explosion des revenus uniquement pour les catégories les plus aisées, mais bien à une fracture plus générale. D’un côté, les couches populaires et toute une fraction des classes moyennes voient leurs revenus stagner. De l’autre, les couches favorisées se voient attribuer une part croissante du gâteau. En période de crise, il devient plus difficile de comprendre qu’une partie de la population doit se serrer la ceinture alors qu’une autre vit de mieux en mieux.

Cet article est repris du Centre d’observation de la société.

Commenter cet article

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog