FAIRE DU 12 SEPTEMBRE UN GRAND MOMENT DE LUTTE, POUR STOPPER MACRON ET SON GOUVERNEMENT La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Sécu, FILLON : menteur et manipulateur ! - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Par FSC

Sa volonté de s'en prendre à la sécurité sociale et aux remboursements au cours de la bataille des primaires de droite s'est clairement exprimée.

Mais ça ne passe pas dans l'opinion fortement attachée à cet immense acquis de la Libération.

Alors il tente de corriger le tir et tente de rassurer et avec la complicité des médias comme hier sur France 2 il dit qu'il n'a pas dit ce qu'il a dit et donc qu'il n'est pas question de remettre en cause les remboursements!

MAIS çà c'est un pur mensonge!

Son texte programmatique sur la question de la santé (16 pages) part en effet de l'axiome de toutes les droites selon lequel "L’assurance maladie ne permet plus de garantir le financement de notre système de soins".

Et donc à partir de ce présupposé découlent toute une série de propositions et d'engagements :

  • réformer le financement de l’assurance maladie pour mettre fin aux déficits récurrents tout en accentuant les efforts de maîtrise des dépenses comme d'habitude pour la dette par exemple au nom de l'intérêt des générations suivantes.
  • prendre donc des mesures "courageuses" donc drastiques pour les populations
  • Mettre en place une règle d’or imposant l’équilibre des comptes pour les dépenses d’assurance maladie
  • Basculer progressivement les cotisations maladie dites patronales vers un mix CSG/TVA (donc en finir avec le financement salariale et patronale fondé sur les cotisations sociales)
  • Introduire une franchise médicale universelle fonction des revenus dans les limites d’un seuil et d’un plafond, le reste à payer étant pris en charge par la prévoyance et les assurances complémentaires.

...

Il s'agit donc bien d'une attaque généralisée, systémique, globale à la fois contre le financement de la sécurité sociale, sa gestion affectant gravement le montant des remboursements et visant à élargir la brèche à la captation par les complémentaires privées et les assurances des masses financières échappant jusque là à la main-mise du marché.

C'est que la sécurité sociale fondatrice répond aux préceptes : "à chacun selon ses besoins quel que soit ses moyens!" puisque les cotisations sont calées sur le revenu et que l'attribution des soins elle est indépendante des revenus!

Ce qui pour le fonctionnement capitaliste est le Scandale des scandales!

Certes les agressions contre la Sécu ne date pas d'hier et la liste des médicaments moins remboursés, des médicaments nouveaux (certains comme dans le cas de cancer montant à plusieurs milliers d'euros!) n'étant plus du tout remboursés.

Mais selon le programme de Fillon qui entend "casser la baraque" c'est à une attaque sans précédent, ouvertement destructrice à laquelle on a affaire comme d'habitude sous le prétexte de sauver la Sécu!

Dans un premier temps il s'agit donc d'informer les travailleurs et l'opinion de l'envergure et des dangers de ce projet car les tentatives d'enfumage pour chloroformer ladite opinion ne vont pas manquer appuyées comme à l'accoutumée et sur les médias de masse et sur les réseaux favorables à cette politique.

____________________________________________________

Pour mémoire rappelons que l'ordonnance du 4 octobre 1945 qui fonde la sécurité sociale est fondée sur 4 principes :

  • l'unicité, une institution unique couvrant tous les risques sociaux (maternité, maladie, vieillesse), y compris les accidents du travail ...
  • l'universalité avec l'intention de couvrir l'ensemble de la population de la naissance au décès.
  • la solidarité : intergénérations, actifs/non-actifs, malades/bien-portants ... le tout financé par les richesses créées dans l'entreprise.
  • la démocratie, la gestion étant assurée directement par les intéressés qui prendra la forme d'une gestion paritaire organisations syndicales (3/4 des sièges) et patronat (1/4 des sièges)

* Extrait de "Marcel PAUL Ambroise CROIZAT, Chemins croisés d'innovation sociale"

___________________________________________________________

On voit donc bien par là en comparant les principes fondateurs et le programme de F. Fillon que c'est bien à un détricotage total auquel on a affaire, les différentes atteintes à ce dispositif initial au cours de dizaines d'années illustrant bien le fait que la classe dominante n'a jamais accepté cette conquête issue d'un rapport de forces qui lui a été imposé.

La question de l'équilibre financier, du trou (provoqué pour l'essentiel) n'étant que le prétexte pour laisser les mains libres au capital!

Commenter cet article

Visiteurs

226395

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog