Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Laurent FABIUS et le Conseil Constitutionnel complices des multinationales fraudeuses! - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

PAR FSC

La loi dite Sapin 2 prévoyait une mesure visant à instaurer un « contrôle citoyen » sur les stratégies d'optimisation fiscale des multinationales.

Cette timide mesure au regard de l'ampleur de la fraude fiscale desdites multinationales -plusieurs dizaines de milliards d'euros par an- avait dès lors suscité une levée de bouclier du patronat.

Dans son communiqué relatif à la Décision n° 2016-741 DC du 08 décembre 2016 - Loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique le Conseil constitutionnel a déclaré la disposition prévue par la loi comme contraire à la constitution car il considère qu'elle porte une atteinte disproportionnée à la liberté d'entreprendre !

 

Où l'on voit donc que les "sages" derrière une phraséologie juridique d'enfumage se montrent complices de la fraude fiscale des grandes entreprises.

Pour le mouvement syndical et social il s'agit de ne plus se laisser intimider par les injonctions du type "Vous avez vécu au-dessus de vos moyens" visant les dépenses et la protection sociale tandis que les institutions au plus haut niveau couvrent de fait l'évasion fiscale organisant par conséquent par là le creusement des déficits publics!

Déficits qui par exemple dans le programme de Fillon servent de prétexte à la justification d'une politique de casse de tout  notre "modèle" social!

L'heure est donc bien venue d'une contre-offensive dans les luttes et dans les idées non seulement de défendre les conquis issus de la Libération mais de conquérir de nouveaux droits et de nouvelles protections contre les privilèges de l'oligarchie!

 

__________________________________________________

S'agissant de l'article 137 de la loi déférée qui instaure un « reporting fiscal » pays par pays, le Conseil constitutionnel a, dans le prolongement de sa jurisprudence antérieure, estimé que l'obligation faite à certaines sociétés de rendre publics des indicateurs économiques et fiscaux pays par pays est de nature à permettre à l'ensemble des opérateurs qui interviennent sur les marchés où s'exercent ces activités, et en particulier à leurs concurrents, d'identifier des éléments essentiels de leur stratégie industrielle et commerciale. Le Conseil constitutionnel a donc jugé que les dispositions de l'article 137 portent une atteinte disproportionnée à la liberté d'entreprendre et sont ainsi contraires à la Constitution.

__________________________________________________

_________________________________

Selon le site gouvernemental lui-même :

Entre 60 et 80 milliards d'euros : c'est le montant de la fraude fiscale pour l'État et les collectivités locales en 2012, soit entre 15% et 25% des recettes fiscales brutes, selon un rapport du syndicat national Solidaires Finances Publiques, publié en janvier 2013. Au niveau européen, la fraude et l'évasion fiscales représentent une perte de recettes de 1 000 milliards d'euros chaque année. La fraude et l’évasion fiscales existent dans toutes les branches de la fiscalité : la fiscalité de l’épargne, la TVA ou encore la fiscalité des sociétés.

Commenter cet article

Visiteurs

232288

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog