FAIRE DU 12 SEPTEMBRE UN GRAND MOMENT DE LUTTE, POUR STOPPER MACRON ET SON GOUVERNEMENT La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! La loi travail contre l'emploi : l'exemple de la Voix du Nord - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Par FSC

Source : Initiative communiste

La nouvelle a fuité dans le très patronal journal Les Echo : La Voix du Nord le quotidien unique du nord de la France, journal bénéficiaire, compte licencier 25% de ses effectifs. Comment peut on supprimer 178 postes sur 710 lors que l’on fait des bénéfices  ? en application de la Loi Travail !

Bien sûr la direction du journal refuse de s’exprimer mais a convoqué un comité d’entreprise extraordinaire le 10 janvier dernier. Mais ce qui est sur c’est que le journal a dégagé un résultats nets d’exploitation de 5 millions d’euros en 2016 en hausse de 24%. Cela représente 7042€ qui devrait revenir à chaque salarié, près de 600e par mois. Le chiffre d’affaire se monte lui à 131 millions d’euros, en baisse de 2,8%.

Avant la loi travail cette situation aurait interdit de mener un plan de licenciement économique. Mais avec la publication le 10 décembre dernier d’un décret d’application de la Loi Travail, la seule baisse du chiffre d’affaire suffit pour justifier un plan social. Ce qui permet de dire au directeur de la Voix du Nord pour justifier les licenciements cité par les Echos « dans deux ans nous risquions d’être dans le rouge ».

Résultat le patron de la Voix du Nord va réduire les effectifs, supprimer une rotative (supprimant 34 postes sur 83 à l’imprimerie), diminuer de 24 à 20 le nombre d’éditions locales et supprimer à nouveau des moyens dans les rédactions locales. 69 postes de journalistes et photographes seraient directement menacés sur les 340 que compte la rédaction. La vente du siège du journal, à Lille, devant rapporter 36 millions d’euros devrait servir à financer une partie du plan de licenciement.

De source syndicale ont rapporte que le patron voudrait que le journal ne soit constitué que des informations qui auront fait le buzz sur le web la veille. La meilleure façon de faire un journal de qualité assurément ! Rappelons que la Voix du Nord comme la plupart des journaux de la quotidienne régionale est en situation de monopole. Et largement subventionné par les deniers publics.

Les taquins ne manqueront pas non plus de rappeler à la rédaction de La Voix du Nord que la ligne éditoriale de leur journal n’est pas sans conséquences sur sa situation actuelle. A la fois par la désaffection des lecteurs, mais surtout en raison d’un positionnement politique servant bien souvent la soupe au pouvoir en place. Il serait cruel de rappeler ici la façon dont les manifestants et grévistes pour le retrait de la loi travail ont été traité par les journalistes de ce journal.

Commenter cet article

Visiteurs

224945

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog