SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Effectivement à y regarder de près, le texte de pétition que nous avons d'ailleurs relayé mérite de sérieuses corrections pour être replacé dans la philosophie initiale qui a présidé à la construction de l'édifice de la Sécurité sociale.

Jean-François Chalot nous le rappelle opportunément.

_______________

Les textes de pétition et les appels se multiplient ces temps-ci.

Défenseur de la Sécurité sociale, je m’apprêtais à soutenir l’appel initié par André Grimaldi, professeur de médecine

http://mouvementdedefensedelhopitalpublic.fr/petition-pour-la-securite-sociale/

Ce texte de défense de la sécu est sympathique et « semble » aller dans le bon sens.

Ma curiosité m’a conduit à lire attentivement cet appel et j’y ai trouvé ce passage suivant :

« Les économies doivent être faites sur les traitements inefficaces, les prescriptions injustifiées et les hospitalisations évitables (soit plus de 20% des dépenses), sur le prix parfois exorbitant et non justifiable des médicaments et dispositifs médicaux nouveaux, sur le coût de la gestion du système de santé (les frais de gestion des mutuelles et compagnies d’assurances représentent 20% de leur chiffre d’affaires contre 6% pour la Sécurité sociale). La prévention doit être développée. »

Quels sont ces traitements inefficaces ?

Quant aux « hospitalisations inévitables », c’est une chanson bien connue déjà en vogue avec la réduction du nombre de nuits d’hôpital pour des questions comptables et souvent peu médicales.

Les bras m’en sont tombés quand j’ai lu le passage suivant mis en exergue :

« Nous demandons au futur président de la République de garantir pour le prochain quinquennat le niveau actuel de remboursement des soins par la Sécurité sociale »

Il ne s’agit donc pas pour les initiateurs de ce texte de défendre la sécurité sociale, c’est-à-dire de mettre à bas toutes les réformes de « gauche » et de droite qui ont plus que grignoté le principe de l’accès aux soins pour tous, mais de geler le niveau actuel de remboursement !???

Je ne signerai pas ce texte et espère que ses initiateurs vont revoir leur copie !

Un texte clair celui-là, co-signé par 202 personnels hospitaliers, médecins, employés de Sécurité sociale prend position pour le retour plein et entier à la Sécurité Sociale de 1945 garantissant le droit à l’accès aux soins pour tous :

« Ensemble, personnels hospitaliers, employés de Sécurité sociale, médecins libéraux et hospitaliers nous affirmons : Le PLFSS 2017 doit être retiré.

 C’est une exigence immédiate.

 De manière plus générale, la démocratie exige de revenir aux principes qui ont été institués en 1945 : la prise en charge à 100 % des soins et des médicaments par la Sécurité sociale, un accès libre pour tous aux soins médicaux et hospitaliers.

 Pour cela :

  • Les ordonnances de 1967 doivent être abrogées pour permettre le rétablissement de l’unité de la Sécurité sociale.
  •  Le numerus clausus (1972) qui conduit aux déserts médicaux doit disparaître.
  •  Le forfait hospitalier (1983) doit être abandonné.
  •  La CSG doit être abolie et rétablies les cotisations de Sécurité sociale fondées sur le salaire.
  •  Il faut en finir avec le plan Juppé et l’Ondam (1995) qui asphyxient chaque année davantage notre système de soins.
  •  Les lois Bachelot (2009) et Touraine (2015) et les décrets obligeant les hôpitaux à se regrouper dans les GHT doivent être abrogés.
  •  Toutes les lois qui ont réduit les prestations de Sécurité sociale doivent être abrogées.
  • Les exonérations patronales de cotisations sociales doivent être immédiatement annulées.
  •  Il faut rouvrir les lits, les hôpitaux, les maternités, les centres de réanimation et les urgences qui ont été fermés ces dernières années par les gouvernements successifs.

 Il est temps de revenir aux fondements de la Sécurité sociale. La Sécurité sociale, telle qu’elle a été arrachée au lendemain de la guerre, doit être rétablie, fondée sur le seul salaire différé et assurant les remboursements à 100 %

En signant cet appel, nous faisons le serment de nous grouper pour faire valoir cette exigence en toute occasion et d’aider à rassembler les forces qui imposeront que soit rétablie la Sécurité sociale de 1945. »

Pour se procurer cet appel, s’adresser à :

 retoursecu45@gmail.com

 

Jean-François Chalot

PAR FSC

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog