celui qui n'a pas le courage de se rebeller n'a pas le droit de se lamenter La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! PSA Chanteloup-les-Vignes, lutte pour les salaires et contre la précarité : le patronat joue la division! - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Source : Le Parisien

Chanteloup-les-Vignes. Les salariés de l’entreprise MC Syncro, sous-traitant de l’usine PSA, sont en grève depuis le 5 décembre.

 

Les salariés de l’entreprise MC Syncro de Chanteloup-les-Vignes commencent l’année 2017 comme ils ont terminé 2016. Lundi, dès la réouverture du site après une semaine de congés, les 32 employés de ce sous-traitant de l’usine PSA de Poissy, ont reconduit leur mouvement de grève lancé le 5 décembre. Et ils sont d’autant plus mobilisés que, selon eux, leur direction fait appel à des travailleurs étrangers pour les remplacer et « briser leur mouvement ».

Ansoumane Dramé, le délégué CGT, rapporte que depuis le début de la semaine, des ouvriers venus de Belgique ou encore de Hongrie préparent les roues des véhicules destinées au centre de PSA. La même situation avait été constatée avant les vacances de fin d’année où, pendant la grève, des Belges, des Tchèques, des Allemands, des Espagnols étaient intervenus dans l’entreprise. « Du coup, nous avons à nouveau saisi le tribunal de grande instance de Versailles pour dénoncer cette démarche qui est, selon nous, illégale, explique le syndicaliste. Nous avions fait la même chose en décembre en déposant un référé ».

Les salariés, qui montent chaque jour quelque 4 200 roues pour l’usine Peugeot de Poissy, ont lancé un mouvement de grève pour obtenir l’embauche en CDI des 16 intérimaires de l’entreprise. Ils réclament également une augmentation mensuelle des salaires de 200 €, et le versement d’une prime annuelle de 1 000 €. Au centre de production de PSA, où les chaînes de montage ont redémarré ce mardi après une interruption de 10 jours pendant la trêve des confiseurs, la direction précise que le mouvement « ne provoque aucune répercussion sur le fonctionnement de l’usine ».

Yves Fossey

Commenter cet article

Visiteurs

222538

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog