FAIRE DU 12 SEPTEMBRE UN GRAND MOMENT DE LUTTE, POUR STOPPER MACRON ET SON GOUVERNEMENT La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! 1er mai de lutte Et contre le F_haine et pour l'affirmation des revendications et des aspirations du monde du travail - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Les médias ne peuvent s'empêcher de nous servir la litanie du monde syndical divisé en masquant par ailleurs l'isolement d'une CFDT au service du MEDEF et de Macron.

Un premier mai qui serait censé révéler les fractures d'une France divisée et tendue ...

Les casseurs venant illustrer opportunément cette tension!

On s'interrogera donc sur le rôle joué par les casseurs se positionnant systématiquement en tête de manifestation particulièrement en région parisienne pour la faire dégénérer et de permettre aux médias d'associer les manifestations syndicales à la violence.

Et nous posons la question par que cette présence récurrente est devenue une question politique l'utilisation des violences ayant été largement utilisée lors du conflit sur la loi El Khomri en vue de discréditer le mouvement :

Comment malgré l'important dispositif policier procédant à des fouilles pour accéder au rassemblement lesdits casseurs ont-ils pu se regrouper équipés par exemple de coktails molotov ?

__________________

SOURCE : le site confédérale de la CGT

Des centaines de milliers de manifestants pour le 1er Mai 2017

En début de cortège parisien rassemblé CGT-FO-Solidaires-FSU, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a pu répondre aux questions de la presse, et revenir sur l'engagement de la CGT contre le Front national, présent au second tour de l'élection présidentielle ce 7 mai prochain. Pour le secrétaire général de la CGT, le FN reste un "parti xénophobe, raciste, anti-femmes" et la CGT se mobilise dès "qu'elle le peut contre le FN".
Philippe Martinez a par ailleurs regretté que le parti de Marine Le Pen ait pu récupérer la souffrance des ouvriers de Whirlpool pour mener une "opération de communication sur la détresse des salariés". Rappelons que la présidente du FN s'était rendue à l'usine Whirlpool mercredi dernier, menacée de délocalisation, afin de "soutenir" ses ouvriers, alors même qu'Emmanuel Macron rencontrait au même moment une intersyndicale de la même usine pour échanger sur l'avenir de cette boite. "Cela n'a été rendu possible que parce que les politiques se désintéressent du social dans cette élection" a ajouté Philippe Martinez. "Il faut s'intéresser au travail des salariés, à l'organisation du travail, on n'a pas entendu beaucoup de choses sur ce sujet lors de cette campagne électorale", a fait remarquer le secrétaire général de la CGT. "Nous sommes quotidiennement avec les salariés et nous nous rendons compte qu'on les empêche de bien travailler."

"C'est le paradoxe : y en a qui souffrent car ils ont trop de travail et d'autres qui meurent car ils n'ont pas assez de travail." En guise de conclusion, Philippe Martinez a enjoint les responsables politiques à considérer les propositions de la CGT en matière d'organisation du travail : "Il faut revoir la question du code du travail avec plus de droits pour les salariés, il faut revoir la question des salaires, et envisager le passage aux 32 heures, cela fait partie de quelques questions sur lesquelles Macron et d'autres doivent donner des réponses."

Partout en France, 280 000 manifestants (110 000 en 2016), jeunes, salarié-e-s, retraité-e-s et privé-e-s d'emploi, se sont mobilisés pour revendiquer des droits et défendre, plus largement, la liberté, l'égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

PAR FSC

Commenter cet article

Visiteurs

225954

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog