FAIRE DU 12 SEPTEMBRE UN GRAND MOMENT DE LUTTE, POUR STOPPER MACRON ET SON GOUVERNEMENT La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Comptine* pour enfants crédules (partie 1) - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/76/38/20150725/ob_cb19e0_dette-virtuelle.jpg

Après la France en faillite de François Fillon en 2007, puis « l’ennemi de la finance » faisant ensuite ami ami en 2012, la France moderne des marcheurs nous sert maintenant l’urgente nécessité de redresser les comptes de la nation, face au gouffre abyssal du déficit public
On ne peut plus vivre à crédit ou continuer à creuser ce trou de façon égoïste, trou que les générations futures seraient chargées de combler !

La vérité sur les comptes de la nation :

Nous ne pouvons perpétuer les logiques qui ont amené à une explosion de la pauvreté, de la misère, alors que dans le même temps les profits, les dividendes versés aux actionnaires, les fortunes et les patrimoines connaissaient une croissance exponentielle. En clair, nous ne pouvons plus supporter des inégalités toujours plus criantes.

Face à l’ampleur de la lutte à mener pour la justice et l’égalité, c’est à chaque travailleur de se mobiliser ; la mobilisation de toutes et tous est décisive !

Nous devons expliquer sans relâche, et convaincre de prendre part à la lutte collective.

Le danger de la destruction des services publics peut apparaître virtuel, alors qu’ils répondent pour chacun de nous à différents besoins dans notre vie quotidienne. Le service public n’est autre que le bien commun de chacun de nous, c’est le capital de ceux qui n’en n’ont pas.
Or, les cadeaux aux privilégiés représentent concrètement des services public en moins, ainsi par exemple le montant annuel du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (un des derniers nés de ces cadeaux) qui n’a pas entraîné de création d’emploi, représente 2.000 écoles non construites, chaque année !
Cela n’a rien d’une fiction. Voilà le réel.

Dire la vérité, c’est la première étape pour pouvoir se mobiliser et agir.

La vérité est que la dette de 2200 milliards est due à une accumulation de déficit provoqué par des baisses de recettes décidées au profit des plus riches et des rentiers depuis des décennies.

La vérité est que ces 2200 milliards de dette ne représentent pas 100% de la richesse du pays, mais 100% du Produit Intérieur Brut, qui ne représente qu’une fraction de la richesse produite pendant une année par les travailleurs ; et ne reprend pas notre patrimoine commun (équipement, infrastructures, savoirs...) accumulé par notre travail et celui de ceux qui nous ont précédé.

La vérité est qu’une partie de cette dette est illégitime :

certains économistes estiment que plus de la moitié de la dette est illégitime.
Pourquoi ? Parce qu’elle a été contractée dans l’intérêt d’une minorité de privilégié et à leur double bénéfice : ils contribuent moins au « pot commun » par des baisses d’impôt, de cotisation, et l’Etat leur emprunte des sommes toujours plus importantes pour compenser. Ensuite, l’Etat leur rembourse avec intérêt : le beurre et l’argent du beurre !

Sur la dette, la première question à se poser : Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 30 ans ont-ils asséché les budgets ?

De plus, les mêmes qui nous demandent toujours plus de sacrifices pour attirer les investisseurs étrangers, se lamentent de ce que cette dette publique soit détenue au 2/3 à l’étranger, il faudrait savoir !
C’est parce que nous ne voulons pas laisser la France à la merci de créanciers privés qui exigent toujours plus de rendement financier, qu’il faut que la puissance publique puisse emprunter directement auprès de la banque centrale et non passer obligatoirement par les marchés financiers.

La vérité est que le service public et les droits sociaux favorisent l’activité économique, il ne peut y avoir d’industrie sans service public, et réciproquement.

* comptine ou contine : petite poésie pour les enfants, petite ritournelle qu’ils fredonnent en "boucle" !
à suivre.......

PAR CGT FINANCES

Commenter cet article

Visiteurs

226395

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog