Compte-rendu de la journée d'action du 16 novembre : la grande presse au service du pouvoir!

par Syndicat CGT Le Meux  -  17 Novembre 2017, 23:57  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Nous ne disons pas que le 16 novembre a été une journée de mobilisation exceptionnelle.

Mais entre le choix "le mouvement a été poins important que les premières manifestations de début septembre" ET "la journée du 16 novembre a été un peu au-dessus de la dernière journée du 19 octobre", ce qui est la vérité, les médias de manière générale ont fait leur choix.

Comme un seul homme !

 

Un choix de classe pour conforter le pouvoir : ils disent à l'encan que c'est un fiasco, que Macron sort conforté de la confrontation, que les ordonnances c'est bouclé ...

Il s'agit comme l'a dit si bien François RUFFIN ci-après, d'enfoncer le clou de l'impuissance du peuple et du caractère inéluctable, irrépressible des contre-réformes.

 

Mais pour bien mesurer la situation et par conséquent les possibles, il s'agit PRÉCISÉMENT de se prémunir contre ce sentiment d'impuissance en ne perdant pas de vue la complicité fondamentale entre l'oligarchie politique au pouvoir Et les médias.

 

Et ce n'est pas un hasard si les personnages qui dirigent les grandes entreprises ont en même temps fait main basse sur les principaux moyens d'information qui ont pour objectif de façonner l'opinion.

 

Remarquons donc avec notre camarade de Commun Commune :

 

 

Non la manif parisienne n'était pas un « bide » : bien sûr pas de marée humaine mais plus de monde que le 19 octobre et surtout plus de jeunes même si on est loin du compte - Sur ce coup-là (et ce n'est pas la première ni la dernière fois sans doute) BFM TV ne fait pas de l'info mais de la propagande pro-Macron - le mieux c'est de tourner le bouton...

El Diablo

 

Et avec François RUFFIN

intervenant devant l'Assemblée nationale :


Aujourd'hui dans notre pays les maitres de l'armement, les maîtres du Bâtiment, les maîtres du luxe, les maîtres de la téléphonie sont aussi les maîtres des médias.

Aujourd'hui dans notre pays 10 oligarques se partagent 90 % de l'audience des quotidiens, 55 % des télés et 40ù des radios.

Aujourd'hui dans notre pays les fraudeurs des Panamas ou des Paradis Papers règnent avec tranquillité sur l'Opinion, le Parisien, Les Echos, Le Figaro, Libération, BFM-TV, RMC et les autres avec l'approbation complice des politiques.

...

Maurice Barrès écrivait : « Que les pauvres aient le sentiment de leur impuissance, voilà une condition première de la paix sociale »

[Sur la confusion des pouvoirs politiques et médiatiques)

Je vais donner un exemple, un exemple au sommet, un exemple que vous n'allez pas apprécier :

En 2010 Emmanuel MACRON est alors banquier chez Rothschild .

Entre autres clients il conseille Arnaud Lagardère pour la vente de ses magazines internationaux au groupe américain Hearst.

En 2012 le même Emmanuel Macron entre à l'Elysée comme secrétaire général adjoint et c'est lui qui traite avec le groupe Lagardère la revente des actions EADS .

C'est lui qui face à son ancien client est supposé défendre les intérêts de l'état .

Arnaud Lagardère se dira ravi du deal, qui lui procure une confortable plus-value.

En 2016 Emmanuel Macron se lance dans la course à l'Elysée.

Et de qui reçoit-il aussitôt le surprenant soutien ?

De la presse Lagardère : le candidat d'En marche enchaîne les Unes du journal du Dimanche , les couvertures de Paris Match, les passages sur Europe 1, câliné à souhait

PAR FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :