Leurs « charges », c’est notre salaire, notre santé et notre solidarité : battons-nous pour les préserver !

par Syndicat CGT Le Meux  -  4 Décembre 2017, 20:11  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Leurs « charges », c’est notre salaire, notre santé et notre solidarité : battons-nous pour les préserver !

Le responsable d’atelier vient de lancer le coup d’envoi « souffrance au travail » pour 3 semaines de test sur les lignes de conditionnement dentaire avec les approvisionneurs en moins !

Le rouleau compresseur d’Unilever continu d’avancer en méprisant les salariés.

Dans l’ensemble, les salariés vont donc vivre des changements perturbants qui ne manqueront pas de les affecter, voire s’amplifier.

Nous pouvons nous interroger sur le fait que toutes ces suppressions de postes, modifications de l’organisation du travail, se font dans la précipitation !

Les raisonnements «mathématiques » de nos cadres ne vont‐ils pas s’avérer, au

final, contre‐productifs ?

Cela, faute d’avoir évalué précisément les risques psychosociaux et la charge de

travail transférée sur les personnels restants.

Et pourtant, si le travail peut être structurant pour la santé physique et psychologique, les conditions dans lesquelles il est effectué peuvent aussi être à l’origine d’usure, d’accidents, maladies professionnelles, les troubles musculo-squelettiques, des individus à bout de nerfs et au bout de leurs forces.

Alors oui, la CGT refuse de cautionner ce mode d’organisation qui dégrade vie professionnelle et vie privée des salariés.

Toutes ces mesures, délétères pour les salariés, n’ont qu’un objectif : augmenter les profits par une augmentation de la productivité, et ce, en rognant sur les conditions de travail des ouvriers.

Nous devons réagir et nous révolter pour maintenir les postes d’APPRO, nous pouvons comprendre qu’il n’est pas simple de se mettre en grève mais nous ne pouvons pas rester passif, il en va de nos conditions de travail et nos vies.

C’est une certitude, juste une question de temps, si nous n’engageons pas au plus vite un rapport de force par peur de perdre du salaire, les salariés verront leur état de santé se dégrader au fil du temps et n’auront pas d’autres choix de se mettre en arrêt maladie, là vous commencerez véritablement à perdre de l’argent !

Mais la finalité et le pire dans tout ça,  une fois que vous serez dépouillés et que votre corps dira « STOP », l’inaptitude ne sera pas loin et malheureusement le licenciement aussi, ça c’est une réalité !

Aujourd’hui nous avons toutes les raisons d’être en colère !

La direction a besoin de nous pour faire les volumes, eh bien qu’elle nous donne les moyens de le faire correctement !

LA FORCE DES TRAVAILLEURS LA GREVE !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :