Vénissieux : quand les ex-Fralib vendent leurs thés aux Minguettes

par Syndicat CGT Le Meux  -  13 Décembre 2017, 21:57  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Vénissieux : quand les ex-Fralib vendent leurs thés aux Minguettes

Photo DR

C’est avec près de deux heures de retard sur l’horaire initialement annoncé que la vente de thés et infusions a débuté, ce mardi, au cinéma Gérard-Philipe situé au cœur des Minguettes. Mais ils ont été nombreux à patienter avant de pouvoir acheter, en signe de solidarité, des produits commercialisés par la Scop Ti, la société coopérative créée en 2014 par les ex-Fralib.

Organisée à l’initiative du syndicat autonome de la Ville de Vénissieux, la soirée s’est poursuivie avec la projection du film relatant la longue lutte, 1336 jours, menée par les salariés de l’usine de Gémenos (Bouches-du-Rhône) contre la décision de leur employeur, Unilever, de délocaliser l'activité en Pologne.

Présent à Vénissieux, le réalisateur, Claude Hirsch, se voulait rassurant quant à la pérennité de la Scop Ti qui emploie 41 salariés  : «Après avoir racheté leur usine, les ex-Fralib n’ont pu conserver la marque Elephant, Unilever ayant décidé de la conserver dans son giron. Ils ont donc dû repartir à zéro et créer leurs propres marques : 1336, comme le nombre de jours de lutte, et Bio Scop Ti. La situation financière était compliquée durant le premier semestre 2017 mais les ventes se sont sensiblement redressées durant cet automne. Le déficit mensuel qui s’élevait à environ 100 000 € par mois est ainsi tombé à 30 000 €. L’équilibre est en vue.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :