VIDEO - La Grande-Bretagne, encore dans l'Union européenne, semble un pays du tiers monde en matière de pauvreté, commentaire de Jean LEVY

par Syndicat CGT Le Meux  -  14 Mars 2018, 15:34  -  #Notes d'information Cgt Unilever

VIDEO - La Grande-Bretagne, encore dans l'Union européenne, semble un pays du tiers monde en matière de pauvreté,  commentaire de Jean LEVY

Résultat de recherche d'images pour "Pauvreté en Grande-Bretagne Images"  

franceinfo

20 HEURES

Grande-Bretagne : pays riche, enfants pauvres

 

En Grande-Bretagne, l'espérance de vie diminue dans certaines villes. Malgré la croissance et un chômage au plus bas, dans certaines communes, il devient rare de dépasser 60 ans

POUR VISIONNER LA VIDEO
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://www.francetvinfo.fr/monde/royaume-uni/grande-bretagne-pays-riche-enfants-pauvres_2653670.html

La classe n'a pas encore commencé, et pourtant, ces écoliers sont en avance, et vont vider leurs assiettes jusqu'à la dernière miette parce qu'ils ont faim. Car cette école de Hackney, un quartier défavorisé de Londres, a fait un triste constat, comme l'explique cette assistante d'éducation d'origine française : "Certains parents n'ont pas beaucoup de moyens donc ne peuvent pas acheter de petit déjeuner pour les enfants", confie Françoise Nwanza. "On a vu des enfants arriver à l'école sans avoir mangé, ils avaient beaucoup de mal à se concentrer durant les leçons".

4 millions d'enfants sous le seuil de pauvreté

Pas de plan national, pas de subventions gouvernementales, l'école a pioché dans son budget et les réseaux de charité pour financer ce petit-déjeuner quotidien. Selon un dernier rapport de l'UNICEF, le Royaume-Uni se classe parmi les pires pays occidentaux en termes de pauvreté infantile : 30% de petits Britanniques, soit 4 millions d'enfants, sont considérés comme étant sous le seuil de pauvreté. 20% sont en insécurité alimentaire, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas accès à de la nourriture suffisante et saine à tout moment.

"canempechepasnicolas" :

Ainsi, la télé découvre l'immensité de la misère en Grande-Bretagne. Pourtant celle-ci fait partie de l'Union européenne, qui devait apporter la prospérité aux nations qui en faisait partie. Et aujourd'hui, les médias comparent la situation des enfants britanniques des villes populaires et des faubourgs ouvriers à celle des pays du tiers monde. On comprend le vote massif de cette population pour le Brexit.

Certes, la caste dirigeante en France, en faisant diffuser de telles informations vise à susciter de la part des téléspectateurs le sentiment "qu'on est mieux chez nous", et cette constatation devrait nous conduire, aux yeux du pouvoir, à moins nous plaindre et à ne pas revendiquer. 

Mais, ce que ne disent pas Macron et sa suite, si le degré de misère est moindre dans notre pays, cette particularité française est le fruit des luttes populaires tout au long du XXème siècle et que celles-ci ont permis d'arracher des avancées, telle la Sécurité Sociale, des statuts et des conventions collectives sociales qui, pour ce qui en reste, constituent encore des filets de sécurité maintenant hors de l'eau les bénéficiaires.

Et c'est justement, ces lois de protection sociale qui sont dans le collimateur  du président de la République. Emmanuel Macron poursuit  et accentue la politique de régression mené par ses prédécesseurs, qu'il a lui-même mis en oeuvre en tant que ministre de l'Economie de François Hollande.

Ce qui "est en marche"  - si on laisse faire - c'est une situation 'à l'anglaise', une pauvreté généralisée de couches de plus nombreuses, des générations sacrifiées sur les saintes tables du marché.

PAR http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :