Deux nouvelles obligations à haut rendement pour les margarines Becel

par Syndicat CGT Le Meux  -  29 Avril 2018, 10:33  -  #Notes d'information Cgt Unilever

 

Le fonds de private equity KKR menait depuis quelques jours des rencontres avec les investisseurs, avec l’intention de lever l’équivalent de 1,05 milliard d’euros, dans le cadre de l’acquisition de Flora Food Group. L’opération vient d’être bouclée. Voici les détails.

Flora Food Group est une compagnie britannique connue surtout pour ses margarines Becel ou ProActiv. Elle est la propriété de KKR depuis la fin de l’année dernière, le fonds de private equity l’ayant acheté pour 6,825 milliards d’euros à la multinationale de l’agroalimentaire et des cosmétiques Unilever.

KKR a logé l’ensemble des actions Flora Food Group dans une structure appelée Sigma Holdco. C’est cette dernière qui vient d’émettre les nouvelles obligations. Ce faisant, le fonds de private equity refinance sur le marché les crédits contractés dans le cadre de l’opération d’acquisition.

Plus de 5% de rendement

Dans le détail, Sigma Holdco a placé deux nouvelles lignes obligataires à échéance 15 mai 2026.

La première souche obligataire d’une taille de 685 millions d’euros offre un coupon de 5,75%. Disponible par coupures de 100.000 euros, elle se négocie dans les premiers échanges sur le marché secondaire à 100,5% du nominal, correspondant à un rendement de 5,671%.

Le second emprunt a permis de collecter 525 millions de dollars rémunérés par un coupon de 7,875%. Il y a  moyen de se le procurer à 100,5% du nominal, de quoi tabler sur un rendement de 7,79%. La coupure minimale est assez conséquente puisqu’elle s’élève à 200.000 dollars.

Ces titres bénéficient d’un rating « B3 » chez Moody’s, deux crans de moins que la note « B1 » accordée par l’agence aux dettes bancaires émises par Sigma Holdco. Cette différence s’explique par le statut de dette senior non garantie des nouvelles obligations.

Impulsion de KKR

Moody's justifie le rating attribué à Sigma Holdco, en catégorie spéculative, par l’endettement élevé de la structure, une diversification limitée au niveau des produits (86% du chiffre d’affaires de Flora Food Group est généré par les margarines), son exposition à un marché mature et en déclin (dans les pays développés) et les risques opérationnels liés à la séparation d’Unilever.

L'agence note toutefois que l'émetteur dispose d'une position solide dans l’industrie du beurre et de la margarine avec une part de marché de l’ordre de 18%, un portefeuille de marques fortes, une bonne diversification géographique et une rentabilité élevée, selon une note de Moody’s publiée en marge de l’opération. L’agence s’attend à une amélioration de la performance opérationnelle sous l’impulsion de KKR.

Sur base des derniers chiffres disponibles, Flora Food Group, qui opère dans 66 pays à travers le monde, a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 3,03 milliards d’euros.

PAR oblis.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :