Les grands MENSONGES de l’ouverture à la concurrence

par Syndicat CGT Le Meux  -  9 Mai 2018, 20:54  -  #Notes d'information Cgt Unilever

photo montage d'illustration

photo montage d'illustration

Par Pierric MARISSAL, Loan NGUYEN et Lola RUSCIO (L'Humanité) - Le 2 mai 2018

La marche forcée vers la privatisation des services publics depuis bientôt trente ans a signé la fin des investissements, la hausse des prix, la dégradation des prestations. Les effectifs ont drastiquement baissé et les conditions de travail se sont détériorées… Décryptage.

 

« Je dis aux syndicats : n’ayez pas de craintes illégitimes, la SNCF restera publique, ce sera dans la loi et les cheminots resteront cheminots », a encore une fois promis Emmanuel Macron lors de son passage au JT de 13 heures de Jean-Pierre Pernaut, sur TF1. Sauf que les syndicats n’ont pas la mémoire courte. Ils se souviennent de Paul Quilès, qui disait à propos de France Télécom en 1990 : « Le service public est notre bien commun, tout idée de privatisation est totalement étrangère à ma démarche et celle du premier ministre. » Et de Nicolas Sarkozy, promettant en 2004 qu’« EDF-GDF ne sera pas privatisé ». Ou encore de Christine Lagarde, qui jurait en juillet 2008 que « La Poste restera, et ce n’est pas négociable, une entreprise publique ». Chaque fois, le schéma est le même. Ouverture du secteur à la concurrence, ouverture du capital du service public, transformé en société anonyme, et désengagement progressif de l’État jusqu’à la privatisation complète.

 

1- Des prix en hausse et un service rendu en baisse

 

« Depuis 2004 et l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence […]

 

LA SUITE DE L’ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :