Après la catastrophe de Gênes - Les médias français dénoncent les coupables : les partis qui gouvernent l'Italie depuis trois mois, qui osent dénoncer non seulement la société d'autoroute qui gérait le pont, filliale de Bénéton, mais aussi la politique européenne d'austérité qui a imposé le gel de crédits qui auraient pu maintenir en état l'ouvrage d'art dévasté. par Jean LEVY

par Syndicat CGT Le Meux  -  17 Août 2018, 08:57  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Résultat de recherche d'images pour "Images de la tragédie de Gênes"

Mais qui est responsable de la tragédie de Gênes ?

par Jean LEVY

L'Italie est sous le choc :  l'effondrement du viaduc de Gênes, entrainant dans la mort des dizaines de passagers avec leurs véhicules projetés dans le vide à 40 mètres sous eux, en pleine ville, remplit l'horreur une population frappée au coeur.

Les Français, dont beaucoup se rendent dans ce pays, sont solidaires avec les victimes du drame, et au-delà avec le peuple italien.

Le nouveau gouvernement de Rome, les ministres des deux formations qui le composent, le Mouvement Cinq Etoiles et la Ligue, prennent le taureau parles cornes : d'emblée, ils retirent à la société qui gérait le pont sa licence d'exploitation. Or, cette société est filliale de la multinationale italienne Bénéton. Scandale dans nos médias privés, propriétés de neuf milliardaires, et publics, aux ordres du pouvoir macronien ; la colère s'exprime à l'encontre des ministres italiens qui ont oser s'en prendre aux puissance d'argent !...Horreur supplémentaire, le nouveau pouvoir dénoncent la responsabilité des instances de l'Union européenne du fait que celles-ci ont imposé depuis des décennies une politique d'austérité budgétaire acculant à des choix pris au détriment des grands travaux nécessaires. 

S'en prendre à Bruxelles, c'est faire acte de rébellion contre l'ordre européen établi. Aussi à entendre France Inter, son indignation vise le nouveau gouvernement italien, coupable de crime de lèse- Europe. Et de dénoncer non pas les responsables du drame, mais ceux qui, s'en attendre, s'en prennent aux entreprises responsables,  et à leurs parrains européens.

On peut, dans ces conditions, s'inquiéter des intentions du pouvoir élyséen quant au devenir des structures françaises, ponts, routes* - dont personne ne peut cacher une grande part de vétusté -  quand on sait que c'est  la société italienne  SANEF, filliale d'Atlantia, qui gère les autoroutes du nord et de l'est de la France...

La catastrophe de Gênes pose avec une vigueur accrue la nécessité pour l'Etat de retirer au privé la gestion des voies de transport, ponts et viaducs, autoroutes, pour en confier la responsabilité au secteur public. 

* Les statistiques officielles nous apprenaient, ces jours-ci, que 30% de nos routes avaient  besoin de travaux...

Publié par http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :