PSA victime de sa politique de réduction des effectifs !

par Syndicat CGT Le Meux  -  31 Août 2018, 16:05  -  #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : France TV Info

"C’est du jamais-vu à PSA", a estimé Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT du groupe PSA Peugeot-Citroën sur franceinfo mercredi 29 août, alors que l'usine de Valenciennes, dans le Nord, n'arrive plus à approvisionner en quantités suffisantes les autres sites du groupe en boîtes de vitesse. 

Jean-Pierre Mercier a dénoncé "la politique de réduction d’effectifs qui se retourne contre les intérêts de la direction de PSA" menée par le patron du groupe automobile, Carlos Tavares.

Ce dernier était en visite mardi sur le site de Valenciennes, pour exiger une forte augmentation de la production de boîtes de vitesse et passer de 1 800 boîtes produites tous les jours à 3 000 à partir du 1er novembre. 

Mais, les "machines usées jusqu’à la corde" sont "au bout du rouleau", a assuré Jean-Pierre Mercier. Seule solution pour le syndicaliste, "embaucher, investir et augmenter les salaires".

franceinfo : deux usines tournent actuellement au ralenti parce que le site de Valenciennes n'arrive plus à faire face aux commandes ?

Jean-Pierre Mercier : Les usines de Sochaux et de Mulhouse. Pour Sochaux, ça fait plusieurs semaines qu’une partie de l’usine -cela concerne un millier de salariés- est régulièrement mise au chômage technique, c’est une perte de 140 euros sur la paye de juillet pour les salariés puisque le chômage technique n’est plus indemnisé à 100%. C’est la conséquence de la politique de Carlos Tavares de faire une politique d’économies à tous les niveaux : économies sur les effectifs à l’usine de Valenciennes, économies sur les investissements des moyens de production. L’usine de Valenciennes est en train de craquer avec des machines usées jusqu’à la corde.

Les carnets de commandes sont remplis et cela ne vous convient pas ?

Les carnets de commandes sont plein à craquer, sauf que pour produire et satisfaire la demande, il faut de l’effectif en face, des moyens de production, des machines qui tournent, des 'maintenanciers' en nombre suffisant pour réparer des machines délabrées. A Valenciennes, on peut avoir une machine en panne pendant plusieurs heures, sans qu’il y ait un seul maintenancier qui arrive parce qu’il travaille sur d’autres pannes, parce que ces machines sont au bout du rouleau. Elles ne sont pas remplacées dans cette usine qui a subi des plans de suppression d’emplois. C’est une politique de réduction d’effectifs qui se retourne contre les intérêts de la direction de PSA. C’est du jamais-vu à PSA.

Quelle est la solution pour sortir de cette situation ?

Il faut embaucher et investir dans les moyens de production au lieu de gaver les actionnaires de milliards de bénéfices. Pour l’année 2017, il y a encore eu un record de bénéfices et un record de dividendes versés à la famille Peugeot qui ne veut pas mettre la main à la poche pour garantir les moyens de production. Donc, la solution est simple : embaucher, investir et augmenter les salaires.

Publié par FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :