La taxe sur les carburants, c'est la douleur : la maladie à éradiquer, c'est le capitalisme

par Syndicat CGT Le Meux  -  25 Novembre 2018, 13:40  -  #Notes d'information Cgt Unilever

La taxe sur les carburants, c'est la douleur : la maladie à éradiquer, c'est le capitalisme

Manu 1er, notre président des riches ne trompe plus personne, même pas ceux qui se sont crus forcés de voter pour lui en espérant que le choléra soit mieux que la peste ou vice-versa. Mais la révolte anti-fiscaliste ne doit pas être l'arbre qui cache un pouvoir d'achat de misère, le sous-emploi et les services publics démantelés chaque jour davantage.

Ce n'est pas des réunions dans les territoires pour une transition écologique qu'il faut, comme l'a proposé Laurent Berger, le grand manitou de la Cfdt. Ce n'est pas un mouvement sans lendemain en écartant de facto les revendications sociales et salariales qui bouleversera la politique du palais de l'Elysée au service des forces de l'argent

La CGT propose un action nationale samedi 1er décembre 2018. C'est nécessaire quand désormais les embauches en France sont à 80% des cdd, que le travail à temps partiel est contraint ou que 47% des sans-emploi ne sont pas indemnisés. Hélas, ce ne sont que 3 exemples.

La taxe sur les carburants, c'est la douleur : la maladie à éradiquer, c'est le capitalisme

Mais si à cette nécessaire action nationale se rajoutait l'augmentation générale des salaires, des pensions de retraite et des prestations dites sociales? L'augmentation du pouvoir d'achat  n'a-t-il aucune influence sur la consommation des ménages et donc sur l'économie?

Qu'on se le dise, je n'écris pas dans mon blog pour passer le temps Ni pour discutailler sur le sexe des anges devant son ordinateur.

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :