Le PORTUGAL en gilets jaunes le 21 décembre 2018

par Syndicat CGT Le Meux  -  21 Décembre 2018, 16:46  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Le PORTUGAL en gilets jaunes le 21 décembre 2018

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales
Le 15 décembre 2018

 

Le gouvernement socialiste portugais a partiellement tenu sa promesse de mettre fin à l'austérité et de faire baisser le chômage. Partiellement... Car il est confronté, ce mois-ci, à des grèves en série, nourries par les attentes qu'il a suscitées et qu’il ne peut pas tenir.

Enseignants, cheminots, infirmiers, juges, pompiers ou gardiens de prison: la liste des fonctionnaires qui se sont mis en grève est longue et témoigne d'une frustration grandissante vis-à-vis d'un gouvernement soutenu au Parlement par la gauche radicale. 
L'équipe au pouvoir, depuis fin 2015, avait profité de l'embellie économique pour réduire le déficit tout en revenant sur les coupes budgétaires. Il s’est offert ainsi une belle cote de popularité tant au Portugal qu’a l’extérieur. 
Les déçus de Tsipras, après l’avoir longuement soutenu, ont crié victoire. La démonstration de ce qu’ils croyaient (et croient encore) possible était faite : On pouvait rester dans l’UE, accepter ses règles et enchanter le peuple.
Pour preuve définitive, le gouvernement Portugais a même fait voter un budget 2019 qui desserre un peu plus la ceinture des ménages, grâce à un allègement de l'impôt sur le revenu, la poursuite du dégel des promotions dans l'administration ou une augmentation des retraites les plus modestes.

Mais rien n’y fait. Le « climat social » est particulièrement tendu. Les infirmiers, par exemple, en sont à neuf mois de grèves partielles et une dizaine de jours d'arrêt complet depuis le début de l'année. Un mouvement prévu pour tout le mois de décembre dans les principaux hôpitaux publics du pays provoque chaque jour le report d'environ 500 opérations chirurgicales.

Les professionnels de santé réclament notamment des revalorisations salariales et l'application généralisée du régime des 35 heures de travail hebdomadaire.

Tout en se disant ouvert à la négociation, le gouvernement ne lâche rien sur le front budgétaire. Il est vrai que Mario Centeno, le ministre des Finances, est depuis décembre 2017, le président de l'Eurogroupe...

Tandis que les partis traditionnels de « gauche » sont (tous) englués dans le leurre que l’on peut faire une politique sociale dans l’Union européenne et dans l’euro (avec Mario Centeno !), des appels à des actions le 21 décembre, semblables à celles des gilets jaunes français, circulent sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement portugais et ses soutiens européens se trouvent confrontés à la réalité : au Portugal, comme ailleurs, la sortie unilatérale de l’UE et de l’euro est le préalable incontournable à toute politique anti-austéritaire et à toute satisfaction des justes revendications populaires.

source: 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :