Arrestation scandaleuse d'Eric Drouet, un des porte-parole des gilets jaunes... La morale de l'Histoire, par Jean LEVY

par Syndicat CGT Le Meux  -  3 Janvier 2019, 18:19  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Arrestation scandaleuse d'Eric Drouet, un des porte-parole des gilets jaunes... La morale de l'Histoire, par Jean LEVY

par Jean LEVY

Ce jeudi matin 3 janvier 2019, les médias nous apprennent qu'Eric Drouet,  l'un des porte-parole du mouvement des Gilets jaunes, vient d'être arrêté pour "participation a une manifestation non-autorisée". Il se rendait à un dépôt de fleurs en mémoire aux Gilets jaunes, tués lors de rassemblements précédents.

Piètre argument de basse police (politique) pour exercer la répression à l'encontre d'un vaste mouvement populaire issu de nos provinces contre la politique du pouvoir macronien visant le niveau de vie de millions de Français, souvent réduits à la misère.

Et Macron qui rappelait récemment le contexte des années 30... Parlons en !

Pour "Ca n'empêche pas Nicolas", de tels actes évoquent les deux dernières années de la Troisième République où le gouvernement Daladier développait une politique de répression à l'égard du monde ouvrier et de ses organisations politiques et syndicales : grévistes révoqués en masse, responsables condamnés à la prison pour faits de grève (30 novembre 1938), interdiction de manifestations populaires... Mesures préconisées par le ministre des Affaires étrangères allemand, le nazi Ribbentrop,  en visite officielle à Paris le 6 décembre 1938 au nom de l'amitié franco-allemande...

Et la majorité parlementaire qui a donné carte blanche aux derniers gouvernements de la République, votait les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940 : les autorités de la France capitulaient, ouvrant notre territoire à l'Occupation allemande avant de proclamer  la Collaboration avec l'ennemi, l'Allemagne,  à Montoire en octobre 1940...

Certes, nous n'en sommes pas là. 

Mais voilà qui devrait inciter chacun à refléchir : toute atteinte aux libertés fondammentales ouvre la voie à un engrenage mortifère qui conduit, pour des raisons de classe, à une répression de plus en plus massive, et que les premières victimes seront suivies d'autres, et d'autres, qui se croyaient à l'origine hors du champ des victimes potentielles.... 

Aujourd'hui, l'oligarchie prend peur. Et pour tenter de conserver un pouvoir de plus en plus chancelant, en viendra un jour ou l'autre, pour se protéger à exercer un régime de violence, voire de dictature, même sans uniforme, qui visera l'ensemble de la population.
Aussi, aujourd'hui, il ne faut en aucun cas laisser s'instaurer un régime de basse police qui conduit à un régime policier.

En premier lieu , il faut trouver les formes pour développer un mouvement de masse exigeant la libération immédiate d'Eric Drouet.

"Ca n'empêche pas Nicolas"

appelle l'ensemble des blogs et des sites qui partagent l'esprit de ce texte de le reproduire et de le faire au plus vite partager par l'ensemble de leurs amis (Facebook...) pour populariser au maximun ce texte afin de lui donner la plus grande efficacité.

 

«Gilets jaunes» : «Nous ne pouvons pas accepter les arrestations préventives»,

tonne l’avocat Henri Leclerc

Source : 20 minutes, Vincent Vantighem

Ancien président de la Ligue des droits de l’homme et avocat depuis 60 ans, Henri Leclerc réagit au sujet des manifestants arrêtés préventivement, samedi, en marge de la mobilisation des « gilets jaunes »…

 

  • Plusieurs manifestants ont été arrêtés avant même de rejoindre les cortèges des «gilets jaunes».
  • L’article 222-14-2 du Code pénal punit en effet le fait de « participer à un groupement en vue de commettre des dégradations ».
  • Le parquet a déjà annoncé que 494 procédures ont été classées sans suite.

« Le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement (…) en vue de la préparation (…) de violences ou de destructions est puni d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende… » Deux jours après l’acte 4 des « gilets jaunes », on risque d’entendre beaucoup parler de l’article 222-14-2 du Code pénal au tribunal correctionnel de Paris.

C’est sur son fondement que de nombreux manifestants ont été arrêtés, samedi, avant même qu’ils ne commettent le moindre acte de dégradation ou de violence. Avant même, pour certains, qu’ils n’atteignent le cortège de « gilets jaunes » dans lequel ils voulaient manifester. Il suffisait aux forces de l’ordre de trouver sur ces manifestants des éléments (masque de protection, lunettes de natation, etc.) pour estimer qu’ils allaient commettre des violences et donc les envoyer en garde à vue toute la journée. Les empêchant donc de manifester leur colère. >>>https://www.20minutes.fr/justice/2391747-20181210-gilets-jaunes-pouvons-accepter-arrestations-preventives-tonne-avocat-henri-leclerc

Publié par http://canempechepasnicolas.over-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :