Amboise : 12ème jour de grève des facteurs

par Syndicat CGT Le Meux  -  5 Mai 2019, 09:39  -  #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : France 3 Régions
Par Marine Rondonnier
Publié le 04/05/2019 
 

 

Les facteurs représentés par le syndicat CGT FAPT d'Indre-et-Loire dénoncent la réorganisation des tournées depuis douze jours. En moyenne, selon la CGT, 40 postiers cessent le travail chaque jour depuis le 23 avril pour dénoncer la réorganisation de leurs tournées. 


On a essayé d'appliquer la réorganisation des tournées pendant un mois. Résultat : le courrier est stocké, les postiers sont épuisés et nous en sommes à 15 arrêts de travail. C'est une catastrophe. 
Xavier Crinière, élu CHSCT dénonce avec les élus CGT du site d'Amboise une dégradation des conditions de travail des facteurs depuis la réorganisation des tournées le 26 mars. " La direction a mis en place des tournées sacoches. Ceux qui préparent le courrier ne sont pas les mêmes que ceux qui le distribuent. Résultat, les facteurs sont plus longtemps dehors. Environ 6 heures contre 4h30 avant. Le personnel n'en peut plus", explique Benoît Trocherie, élu CGT au centre de distribution d'Amboise. 

" En plus, on n'a plus le temps de distribuer tout le courrier. La tournée s'arrête quand c'est l'heure de notre fin de service pas quand tout le courrier est distribué", ajoute Xavier Crinière.
 

Amboise : 12ème jour de grève des facteurs 
Interview réalisée par Garo Kervokian et Sabrina Cicchini
Une grève illimitée et des négociations qui n'avancent pas
Déjà dans leur communiqué du 23 avril dernier, les représentants CGT FAPT des facteurs d'Amboise demandaient la suppression des tournées sacoches et l'embauche de personnel pour combler le manque de rouleurs. Si la direction a ouvert une négociation, les grévistes restent mobilisés. Et cela fait 12 jours que ça dure. Chaque jour, environ 40 facteurs cessent le travail. Les sites d'Amboise mais aussi de Civray, Bléré et Montlouis sont concernés.

La direction reçoit une délégation tous les jours mais ne trouvent aucun accord. " Ils campent sur leur position. Ils disent non à tout. Alors on continue", constate Xavier Crinière. 

Publié par FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :