de FT-Orange à la SNCF, les silences révélateurs

par Syndicat CGT Le Meux  -  8 Mai 2019, 20:26  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Le suicide

dans la caisse à outil

de certains espaces de direction

de FT-Orange à la SNCF, les silences révélateurs

Qu'il puisse se produire, le suicide d'un être humain est en soi un drame terrible pour la victime, ses proches, ses collègues, tous ceux qui l'ont connue, estimée, aidée , ont assisté sans pouvoir le stopper au processus mortel.

Que la passage à l'acte ait lieu en lien avec la vie professionnelle, dans ou hors l'enceinte de l'entreprise est indicateur aggravant de causalité.

Mais quand de marginal cela devient une onde qui va s'amplifiant, les facteurs individuels, de premiers passent au rang de secondaires, le contexte professionnel s'affichant comme décisif.

 

Les projecteurs sont braqués sur le box du prétoire  hébergeant pour quelques semaines les membres de l'équipée sauvage de France Télécom-Orange.

Mais pendant ce temps à 7km du nouveau palais de justice de Paris, combien de suicidés au compteur causés par la gestion à la cravache imposé par Pepy et ses boys ? près de 60  en 2017, chiffre soigneusement camouflé pour 2018.

La négation des femmes et des hommes comme porteur de savoir-faire ancrés à des valeurs de service public qu'il faut briser pour pouvoir privatiser. Interdiction de transmettre ces derniers qui sont un des pivot de ce qu'on appelle la conscience professionnelle. Obligation sous peine de sanction de ne pas faire le travail, mise au placard dès lors qu'on refuse le diktat et qu'en plus on le fait savoir. Constat de la permanente mise en danger de la vie d'autrui et menace si dénoncée. Au bout de ce chemin, pour la SNCF,  Bretigny où seul le lampiste est traîné devant les juges.

En cela, Orange n'aura été que la configuration avancée de ce que les sérialkillers du comité stratégique de St Denis, important l'anglicisme de la méthode Thatcher, mettent en oeuvre dans la SNCF.

Après d'un coté l'usager transmuté d’autorité en client, sauf les jours de grève où il le redevient pour peser sur les  cheminot.e.s qui sur la même durée sont passé.e.s du statut de personnel à statut à "ressources humaines" maintenant le transport changé en mobilité individualisant le choix du client-roi mais fauché, voila la partie idéologique du cadre.

L'outrecuidance de D. Lombard devant le tribunal montre combien il s'agit de la boussole du capital. Cela traduit leur vision cynique de la place des salariés dans l'activité économique : une simple ressource, matière première vivante donc jetable, philosophie qui est concentrée dans le termes génériques de la fonction chargée de l'exploitation de la ressource: DRH.

Un peu comme pour faire de la chimie : vous prenez des éléments de base, les matières premières, un catalyseur, de la ressources humaine. Vous mélangez en économisant le plus possible sur le catalyseur et le tour est joué.

Cette négation de l'humanité conçue comme une simple ressource est tellement banalisée qu'aucune institution pourtant mobilisée pour la noble cause des droits humain ne la relève. Et pourtant dans le simple intitulé de ce qu'elle révèle la fait relève de tout type de tribunal pénal international.  

Lombard le suffisant disant à la barre "c'est tragique mains on n'y peut rien" après avoir parlé de "mode" du suicide voire théorisé sur la responsabilité des média, le Pépy's fan club (dont certains sont des transfuges richement recrutés parmi le cercle rapproché de l'état major de FT-Orange), plus matois, refusent de communiquer au nom des enquêtes des CHSCT ... dont ils font tout pour sur le terrain paralyser leur action et menant simultanément une vague de répression contre les syndicalistes jamais vue depuis 1947.

Souvent Canaille le Rouge reprend cette définition que Marx donne du capital : "le capital, ce n'est pas que de l'argent, c'est d'abord un rapport social, un rapport social d'exploitation"

Tant dans la salle d'audience, que les salle des marchés ou celles des comités stratégique, tout le confirme.

Parce que comme le dit la fédération des cheminots, "la coupe est pleine. Faisons là déborder" Canaille le Rouge sera le 4 juin dans la rue à Paris avec les cheminot.e.s acti.ve.fs et retraité.e.s.

Rédigé par Canaille Lerouge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :