Macron mène la lutte contre les sans-emploi et pas contre le chômage

par Syndicat CGT Le Meux  -  9 Juin 2019, 21:54  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Macron bousculé par les gilets jaunes et le mouvement social avait n'entendait pas changer de cap.
Et en effet toutes les décisions prises en ce moment vont dans le même sens : continuer à s'en prendre aux conquis sociaux, déstructurer les services publics, livrer les biens publics aux intérêts privés ...
 

 

________________________
SOURCE : MSN.com
 

À quelques jours des annonces de la réforme de l'assurance-chômage, Les Échos dévoilent que le gouvernement compte durcir largement les conditions d'accès à l'indemnisation.
Selon les informations des Échos, c'est le 17 juin prochain que le gouvernement devrait lever le voile sur sa réforme de l'assurance-chômage. Mais les grandes lignes ont déjà commencé à filtrer concernant l'accès à l'indemnisation qui devrait être durcie. Actuellement, pour percevoir cette indemnisation chômage, il faut avoir travaillé l'équivalent de quatre mois sur les 28 mois précédant la fin de son contrat de travail et 36 mois au-delà de 53 ans, avec la réforme, il faudra avoir travaillé six mois sur 24. Cela correspond à un jour sur quatre au minimum, contre un jour sur sept actuellement. Concernant la durée de l'indemnisation, elle restera inchangée. Un jour travaillé donnera toujours droit à un jour indemnisé. Ainsi, la durée d'indemnisation sera de six mois minimum.

Combien de personnes vont perdre leur indemnité ? A combien s'élèvent les économies avec cette réforme, ? Pour l'heure, Les Échos n"avancent pas de chiffres. En revanche, selon une simulation faite par l'Unédic à la demande des partenaires sociaux, un passage à quatre mois travaillés sur 24, encore inférieurs au projet du gouvernement, 11 % des allocataires seraient impactés, soit 236.000 dont la plupart des précaires. 160 millions d'euros d'économies seraient faites.

Les employeurs multipliant les contrats courts dans le viseur


La dégressivité des allocations perçues au bout de six mois pour les très hauts revenus (seniors exclus) devrait également voir le jour. Concernant les formules de calcul de l'allocation-chômage, de cumul allocation-revenu du travail, ou de rechargement des droits, aucune information n'a pour le moment fuité. Mais pour le gouvernement, l'effet combiné de ces règles n'encourage pas les allocataires à une reprise d'un emploi durable. Ces dernières devraient donc également être durcies. Enfin, autre élément de la réforme, la mise en place d'un mécanisme de type bonus-malus à l'encontre des employeurs qui abusent des contrats courts.

Publié par FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :