General Electric BELFORT : les travailleurs rejettent le chantage de la direction

par Syndicat CGT Le Meux  -  10 Octobre 2019, 22:38  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Le chantage employé par les patrons : acceptation d'un PSE, ou des régressions sociales contre maintien et/ou moindre suppressions ne marche plus.

Face à la stratégie de casse, aux engagements jamais tenus (GE devait créer 1000 emplois), face à la complicité du pouvoir politique et de Macron (qui rappelons le a bradé Alstom aux américains et à GE)  les travailleurs ne comptent que sur leurs propres luttes.

Seule attitude efficace et réellement réaliste !

 

 

 

La présente action a pour but de mettre en œuvre la responsabilité de l’État français pour sa carence fautive, à ne pas avoir fait respecter les engagements de General Electric en application de l’accord du 4 novembre 2014 

 

___________________

SOURCE : https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/general-electric/blocage-des-sites-de-general-electric-a-belfort-la-cgt-appelle-a-durcir-le-mouvement-apres-lechec-de-la-reunion-avec-la-direction_3651463.html

 

 

La CGT appelle à durcir le mouvement après l’échec de la réunion qui avait lieu mercredi 9 octobre au matin avec la direction, indique France Bleu Belfort-Montbéliard. Le blocage des sites de General Electric à Bourogne et à Belfort, dans le département du Territoire de Belfort, depuis mardi soir se poursuit.

Les délégués syndicaux ont quitté la réunion mercredi 9 octobre au bout d'une heure, un peu après 11h, jugeant les propositions de la direction insatisfaisantes. Elle a proposé un rallongement du plan de départs volontaires jusqu’à fin 2020 et souhaite poursuivre son plan de compétitivité qui prévoit la réduction de 150 postes sur le site, selon les syndicats.

Selon  France Bleu Belfort-Montbéliard, la direction n’a pas souhaité s’exprimer. Les syndicats ont annoncé devant quelques 150 salariés que les salariés General Electric de Chonas-L’Amballan en Isère pourraient rejoindre le mouvement.

Des salariés grévistes mobilisés selon la CGT
Cyril Caritey, délégué CGT, annonçait déjà mercredi 9 octobre au matin, avant le début de la réunion, que le blocage sera mené "le temps qu'il faudra et avec les salariés". Il précise que le but est de négocier avec la direction : "Il y a de la détermination mais malgré tout les gens restent sereins, mobilisés et convaincus que ce sont eux qui ont raison parce qu'ils portent un projet alternatif avec l'intersyndicale qui a été déposé au niveau local. On attend que la direction revienne à la négociation avec, comme objectif, la prise en compte du projet alternatif". Ce projet propose la suppression de 300 postes l’année prochaine sous forme de départs volontaires et de plan seniors.

En mai dernier, le groupe américain, qui emploie quelque 4 300 salariés à Belfort, a annoncé un plan de restructuration qui prévoyait initialement la suppression de près de 1 050 postes en France, dont 792 sur le site belfortain. La direction de GE à Belfort a dit toutefois être "disposée" à réduire de 150 au maximum le nombre de postes supprimés sur ce site, mais à condition que plusieurs acquis sociaux disparaissent. Le processus de consultation doit prendre fin le 21 octobre.

______________________

SOURCE : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/territoire-de-belfort/belfort/general-electric-blocages-s-intensifient-belfort-bourogne-1734289.html

 

La contestation se durcit sur le terrain. Ce mercredi, une centaine de salariés continue à bloquer le site de General Electric à Belfort. Pour la deuxième journée d'action consécutive, les protestataires se relaient sans discontinuer : le bâtiment 66, administratif, et tous les ateliers d'assemblage sont à l'arrêt, une turbine 9HA est toujours immobilisée. A Bourogne, une cinquantaine de collègues bloquent le site qui fabrique les composants des turbines à gaz ensuite assemblées à Belfort.
 

Mouvement illimité

Ce mercredi matin, une réunion entre la direction et l'intersyndicale a tourné court après une heure de discussions, faute d'accord. "On est dans un dialogue de sourd", déplore Alexis Sesmat, élu CSE du syndicat Sud Industries. 

La direction aurait proposé un échelonnement du plan de compétitivité avec une première vague de 300 départs début 2020, puis les 350 autres départs fin 2020. "On nous a présenté cet échelonnement comme nouveau, mais ça n'a rien de neuf", poursuit M. Sesmat. Les syndicats déplorent que leur plan alternatif ait été rejeté : "le directeur général du site a fait preuve d'un effroyable cynisme par rapport à nos revendications", abonde Karim Matoug, délégué CGT, dans ce qu'il qualifie de "pire réunion" depuis le début du plan.

A 14h, l'intersyndicale s'est réunie pour décider la suite du mouvement. Les équipes de jour et de nuit prévoient de se relayer dans la nuit. Signe de leur détermination, un container a été installé pour accueillir les grévistes. "Si on bloque, c'est pour créer un rapport de force", pointe Alexis Sesmat. Jeudi matin, une assemblée générale est prévue pour solliciter le blocage du seul bâtiment encore libre à Belfort - qui accueille des cadres. 

Tant à Belfort qu'à Bourogne, c'est donc un mouvement illimité qui se profile. Pour Alexis Sesmat, délégué Sud Industries : "Nous attendons aussi des contacts de Bercy. C'est le rôle de l'Etat de prendre parti".

General Electric Belfort : "On n'a plus le choix", l'intersyndicale dépose plainte contre l'Etat 

De son côté, la direction de GE "regrette cette situation qui perturbe aujourd'hui l'activité du site de façon majeure"et "souhaite le retour d'un environnement social plus apaisé et encourage à nouveau les instances représentatives du personnel à participer au processus formel de consultation et de négociation", a-t-elle ajouté.

Le groupe américain, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, a annoncé en mai un plan de restructuration qui prévoyait initialement la suppression de près de 1.050 postes en France, dont 792 dans le site belfortain.

Publié par FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :