Naval Group : les grévistes veulent durcir le mouvement

par Syndicat CGT Le Meux  -  27 Octobre 2019, 19:21  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Naval Group : les grévistes veulent durcir le mouvement
Naval Group : les grévistes veulent durcir le mouvement

Les salariés de Naval Group poursuivent la grève

Naval Group : les grévistes veulent durcir le mouvement

Après sept jours de grève, les personnels Naval Group de l’île Longue, réunis en assemblée générale jeudi matin, ont largement voté la poursuite, et le durcissement, de leur mouvement. En parallèle, les syndicats, CGT et Unsa, tentent de trouver une sortie de crise.
© Le Télégramme 

Après sept jours de grève, les personnels Naval Group de l’île Longue, réunis en assemblée générale jeudi matin, ont largement voté la poursuite, et le durcissement, de leur mouvement.

En parallèle, les syndicats, CGT et Unsa, tentent de trouver une sortie de crise.

Ils étaient environ encore 250, soit près de la moitié des effectifs Naval Group sur site, à refuser d’embaucher, hier matin. La réunion tant attendue avec la direction, pourtant avancée d’un jour, mardi, était en effet loin d’avoir contenté leurs attentes. « C’est niet sur la prime d’attractivité pour l’Île-Longue », résume Mickaël Le Quinquis, délégué syndical CGT. « La discussion est seulement ouverte sur la demi-prime traversée, jusque-là réservée aux ouvriers d’État, et une possible inscription de Naval Group au dispositif Amiante, pour des départs à la retraite anticipée. Mais sur ce point, on veut que l’inscription soit rétroactive et remonte jusqu’à 2003 ».


« C’est désormais une question de dignité »

Après avoir été reçus en mairie par le premier adjoint Thierry Fayret, les personnels se sont réunis en assemblée générale à la Maison du peuple, en fin de matinée ce mercredi. Et les troupes apparaissaient particulièrement remontées, après une semaine de grève qui fait de ce mouvement l’un des plus longs connus par l’ex-DCN depuis près de quarante ans, à Brest. Les personnels ont donc voté la poursuite du mouvement, et même son durcissement dans les prochains jours, si la situation devait demeurer dans l’impasse. « C’est désormais une question de dignité », soulignait l’un d’eux lors d’une prise de parole.

Publié par  http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :