[Entretien] Didier Raoult : « Le Coronavirus n’est pas plus dangereux qu’une grippe de saison »

par Syndicat CGT Le Meux  -  27 Février 2020, 15:45  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Le professeur Didier Raoult, chercheur spécialiste des maladies infectieuses, a fondé l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée à la Timone. PHOTO DR

Le professeur Didier Raoult, chercheur spécialiste des maladies infectieuses, a fondé l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée à la Timone. PHOTO DR

Afin de préparer le système de santé à des cas de coronavirus en France, le ministère a demandé aux Agences régionales de santé (ARS) de mettre en place une « plateforme de veille et d’urgence renforcée ». En Paca, les cas dits « possibles » sont orientés vers l’IHU à la Timone, dirigé par le professeur Didier Raoult, spécialiste international des maladies infectieuses. Un établissement spécialement conçu pour faire face à ce type d’épidémie, qui « ne doit pas susciter d’inquiétude majeure ».

 

La Marseillaise : Le coronavirus Covid-19 est-il plus dangereux qu’un virus responsable d’une épidémie de grippe saisonnière ?
Didier Raoult : Il ne l’est pas. Il y a eu dans la zone de Wuhan une mortalité relativement élevée que les Chinois ont estimé à 5,6 %. Si vous sortez de cette zone, la mortalité est plus proche des valeurs de 0,5 à 0,6 %, ce qui est la mortalité que l’on observe chez des patients qui arrivent à l’hôpital de la Timone atteints d’une infection virale respiratoire. Lors du début d’une épidémie, on ne détecte, par définition, que les cas graves : ce qui attire l’attention, c’est lorsqu’un patient meurt et que son médecin tombe malade. Cette chaîne de transmission montre que la maladie est contagieuse et qu’elle est grave. Cela justifie que l’on fasse des investigations qui soient extraordinaires, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire inhabituelles.
Par ailleurs, la surmortalité pour les formes sévères dans la zone de Wuhan est liée, d’après la Chine, à un niveau d’équipement hospitalier insuffisant,
c’est pourquoi ils ont construit un hôpital en dix jours. Il y aurait donc une surmortalité liée à une mauvaise prise en charge médicale, et il est vraisemblable que ce scénario se soit répété ailleurs. Le traitement d’une telle crise nécessite de porter le plus grand soin au personnel soignant. C’est le personnel de soin qui est le plus exposé aux maladies transmissibles.

 

« L’éventualité d’une augmentation de la virulence du coronavirus Covid-19 n’a pas plus de raison d’apparaître que pour un autre virus de sa catégorie »

La contamination respiratoire s’effectue par des rapports très proches, moins d’un mètre. On l’avait mesuré avec l’épisode de grippe H1N1 où on avait beaucoup travaillé sur la transmission intrahospitalière. On avait montré que dans les services de maladies anti-infectieuses qui ont l’habitude de gérer la transmission de la maladie, il y avait trois fois moins de cas secondaires que dans les services de médecine interne. L’entraînement évite de faire des erreurs. Le plus grand foyer infectieux qu’on avait observé à Marseille était la radiologie, donc à l’IHU, on ne fait plus de radiologie sur les patients que l’on sait contagieux. Nous disposons de notre propre système de radiologie par échographie que l’on effectue au lit du malade.


Quel est le dispositif sanitaire envisagé ?
D.R. : Depuis le début, on préconise de traiter cet épisode de manière très moderne, et c’est ce qu’a mis en place le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran. Il s’agit d’être efficace sur le diagnostic, par l’utilisation des tests de biologie moléculaire, pratiqués en routine et permettant de détecter en trois heures la présence du génome viral à partir de prélèvements respiratoires. Ce diagnostic permet de différencier les personnes contagieuses de celles qui ne le sont pas. C’est une stratégie qui est en train de se mettre en place, et d’être diffusée. Ce genre de test est déjà pratiqué pour au moins 40 types de germes. Dans mes services, on peut effectuer jusqu’à 1 000 tests par jour.

Est-ce que ce virus peut évoluer et muter, avec le risque d’augmenter sa virulence ?
D.R. : Globalement ce groupe de virus mute tout le temps. L’éventualité d’une augmentation de sa virulence n’a pas plus de raison d’apparaître que pour un autre virus de sa catégorie. C’est un phénomène sporadique, imprévisible, mais rare.

Quelle stratégie thérapeutique vous semble la plus adéquate pour lutter contre le virus ?
D.R. : Concernant les vaccins, ils sont destinés à prévenir de vraies maladies, qui concernent des centaines de milliers de cas. J’attends plutôt des Chinois qu’ils testent chez les patients le médicament le plus simple et le moins toxique au monde qu’est la chloroquine, dont ils ont prouvé l’efficacité en laboratoire. Ce serait le meilleur candidat, plutôt qu’un nouveau médicament qui nécessiterait plusieurs années avant une autorisation de mise sur le marché. C’est le grand enjeu du repositioning, c’est-à-dire utiliser d’anciennes molécules contre des agents sur lesquels elles n’ont jamais été testées.

Cette épidémie ne semble pas vous inquiéter outre mesure ?
D.R. : Comme je l’explique souvent, en tant que directeur du pôle d’infectiologie, je ne me trouve pas à distance. Toutes les semaines, j’observe de quelles maladies infectieuses les gens meurent. On dénombre 50 à 60 décès par semaine à l’AP-HM. 16 décès imputables à un virus respiratoire ont été observés à Marseille depuis le début de l’année. Près de 2 500 patients ont contracté un virus respiratoire, dont 500 infections à coronavirus (pas la souche chinoise) depuis le début de l’année. Et on ne représente qu’1 % du champ opératoire national. Par ailleurs, on a comptabilisé 6 morts par Clostridium difficile, une bactérie très virulente, et 4 morts par le virus respiratoire syncitial, dont personne ne parle. Ces germes m’inquiètent, car ils tuent, et j’observe plus les agents qui tuent que ceux qui pourraient tuer. Mais nous sommes prêts à faire face aux crises sanitaires. Nous n’avons aucun retard en la matière, mais il faut pondérer la situation au regard de la réalité observée.

Le système hospitalier français, malgré la crise qu’il traverse, est-il capable de faire face à une éventuelle épidémie de ce type ?
D.R. : Je suis attaché aux chiffres. Par rapport aux hôpitaux français, il y a un problème d’organisation à appréhender et de gestion d’argent. Ce n’est pas normal que des gros CHU soient autant endettés. Ce qui empêche de recruter. En France, il y a moins de médecins et d’infirmières dans les hôpitaux en moyenne que dans les autres pays de l’OCDE, la population médicale vieillit terriblement, et il n’y a pas assez d’étudiants.
Les personnels soignants sont également moins bien payés, alors que la France est le pays qui dépense le plus d’argent dans la santé, qui a plus de lits que dans la moyenne des pays de l’OCDE, donc il y a un problème de fond.

Entretien réalisé par Benjamin Grinda

 

 
 

Publié par EL DIABLO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :