Toujours mieux pour le nouveau patron de Renault!

par Syndicat CGT Le Meux  -  12 Février 2020, 10:03  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Luca de Meo, ancien big boss de Seat du groupe Mercedes, glane le pompon de la rémunération annuelle (sic) en devenant le patron de Renault dont la France de Macron est actionnaire: 6 millions d'euros par an. Ah, la limitation des hauts salaires promises par le Medef et les gouvernements pour que ça ruisselle vers le bas! Et à mon avis, les cocus sont:

Capture d'écran sur fb

Capture d'écran sur fb

Bon, Luca de Meo est Italien. Ben oui, capitalistes de tous les pays unissez-vous! Avec 6 millions d'euros par an, Luca de Meo fait mieux que le fugitif Carlos Ghosn recherché par la justice japonaise qui ne l'a pas encore retrouvé. Il n'empochait que 4,7 millions d'euros, pour diriger une entreprise gauloise dont la France de Macron était actionnaire. Et après Carlos Ghosn, il y eut Thierry Bolloré qui n'empochait que 3,7 millions d'euros par an. Pas de quoi mettre non plus du beurre dans le beurre de ses épinards!

J'ai parlé de cocus pour les salariés de Renault, vu la rémunération faramineuse de leur nouveau patron. Ce n'est pas gentil de ma part, mais je l'assume. Et je suis certain que beaucoup d'entre eux ne sont pas contents du tout en regardant tout en bas de leur propre bulletin de salaire.

En tout cas, cocus et contents, ce sont les députés-godillots de la Macronie. En refusant carrément, avec le gouvernement, l'allongement du congé pour le deuil d'un enfant, ils se sont faits traiter d'inhumanité par leur révérendissime maître qui loge à l'Elysée. Celui-ci les a reçus hier en son palais. Et pour ne pas se faire trop remonter les bretelles, toujours hier, à l'Assemblée nationale, Mounir Mahjoubi, au nom du groupe macroniste, a proposé 3 semaines de congés pour le deuil d'un enfant. Non mais, ne faut-il pas être plus royaliste que le roi pour lui plaire?

Attention a dit toutefois le digne député, on pourrait l'appeler " jour de répit", pas congé. Parce que congé, c'est "festif, ça fait 36".

Ben oui, quelle rigolade en 1936, pour obliger le gouvernement socialiste de l'époque à légiférer d'urgence sur les premiers congés payés de l'histoire ouvrière de France! Grèves et occupations des entreprises, sans être payés, qu'est-ce qu'on s'est amusé pour obtenir un acquis social que seule la CGT revendiquait à cette époque!

Ah cette société civile du nouveau monde chère à Emmanuel Macron et sa politique de ruissellement vers le bas! Figurez-vous que dans la réforme des retraites à la sauce du capital, les très hauts cadres, du genre du big boss de Renault, avec plus de 120 000 euros de rémunération annuelle ne cotiseront pas au régime de retraite dit universel. Qu'est que ça ruisselle bien en Macronie!

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :