Ce qu'a dit Emmanuel Macrondit, hier soir dans les lanternes crépusculaires des télés

par Syndicat CGT Le Meux  -  13 Mars 2020, 08:49  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Je serais resté bouche bée en l'écoutant jacter si je débarquais à l'instant de la lune, sans savoir qui parlait, les yeux dans les yeux, à ses "chers compatriotes".

"Mes chers compatriotes, il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile au grand jour les faiblesses de nos démocraties.

Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite, sans conditions de revenus, de parcours ou de professions, notre État providence ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe.

Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché".

Du coup, on a remplacé le portrait officiel de notre révérendissime commis du capital placé par le capital dans le palais présidentiel de la République française:

Ce qu'a dit Emmanuel Macrondit, hier soir dans les lanternes crépusculaires des télés

Non, je déconne grave, le coronavirus est bien là en France devant un service de santé en très grande souffrance à cause du capitalovirus et de ses politiques de régression sociales au profit du fric roi. Et le Parisien titrait en octobre 2019, sans tirer bien entendu sur l'ex-banquier d'affaires président de notre mauvais république:  Hôpital : 17 500 lits de nuit fermés en six ans

Et ce sos, parmi tant d'autres, postés sur Fb:

Ce qu'a dit Emmanuel Macrondit, hier soir dans les lanternes crépusculaires des télés

"La santé n’a pas de prix. Le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies quoi qu’il en coûte", a affirmé hier Emmanuel Macron. Le même, en avril 2018, avait assuré à une aide-soignante qu’il ne pouvait pas faire plus pour l’hôpital en raison de la dette publique. "Je n’ai pas d’argent magique", avait-il répondu à l’époque aux revendications du personnel de santé.

Deux ans plus tard, devant la "plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle", le même remercie, des sanglots dans la voix, "ces héros en blouse blanche, ces milliers de femmes et d’hommes admirables qui n’ont d’autre boussole que le soin".

Alors devant celui qui demande l'Union sacrée du capitalisme et de ses exploités, je réponds par le mot de Cambronne. Et hier comme aujourd'hui, et aussi demain.

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :