VU SUR FRANCE 3 RÉGION

par Syndicat CGT Le Meux  -  31 Mars 2020, 08:13  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Coronavirus : si PSA rouvre Sochaux, “il ne faudra pas qu’on reprenne le travail, au nom de la santé publique”

Nous relayons ci-dessous quelques extraits d'une interview du délégué CGT à PSA, Jean-Pierre Mercier menée par Jérémy Chevreuil et publiée initialement par le site de France 3 Région Bourgogne-Franche-Comte : "Vouloir rouvrir Sochaux, c'est criminel. Produire des voitures, ce n'est pas vital. L'urgence sanitaire, c'est de fabriquer des respirateurs, on est volontaire pour ça".

VU SUR FRANCE 3 RÉGION

Jean-Pierre Mercier, délégué CGT PSA, en février 2013 à Paris / © LOIC VENANCE / AFP

Interview publiée par France 3 région Bourgogne-Franche-Comte : ici

Délégué CGT à PSA, Jean-Pierre Mercier s’oppose au projet de réouverture des sites de production du groupe automobile : "Vouloir rouvrir Sochaux, c’est criminel. Produire des voitures, ce n’est pas vital. L’urgence sanitaire, c’est de fabriquer des respirateurs, on est volontaire pour ça". Interview.

Par Jérémy Chevreuil

Le groupe PSA a annoncé en fin de semaine dernière son projet de rouvrir plusieurs de ses usines, dont Sochaux dans le Doubs. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

"Cela nous inspire de l’incompréhension totale et de la colère. Au moment où on est en état d’urgence sanitaire, la direction de PSA réfléchit à un scénario pour rouvrir ses usines pour fabriquer des voitures. On serait très, très favorable à ce que dans les usines de PSA, on fabrique des respirateurs par exemple. Ca, c’est une urgence vitale. Fabriquer des voitures, ce n’est pas du tout urgent. Nous, du côté des salariés, on est responsable. S’il faut aller à l’usine pour fabriquer des respirateurs, on est pour, parce qu’aujourd’hui, on est en pénurie. Mais sortir de chez nous, prendre des risques, propager le virus pour fabriquer des voitures, il n’en est pas question."

PSA évoque justement la possibilité de fabriquer des respirateurs. Vous y êtes donc favorable ?

"Cela demeure une éventualité. Enfin, je dirai. Il était temps que les deux grands constructeurs, Renault et PSA, réfléchissent à fabriquer des respirateurs. A l’usine de Poissy, 60 salariés vont assembler des pièces de respirateurs pour Air Liquide. Ça, c’est une bonne chose, c’est dans cette direction qu’il faut aller."

Un groupe comme PSA peut-il tenir plusieurs semaines sans produire aucune voiture ?

"Il faut de toute façon tenir pour rester en vie, tenir pour combattre le virus. Aujourd’hui, nous sommes en guerre. C’est un combat collectif pour terrasser ce virus. Le meilleur espoir, le plus efficace, c’est de rester confiné. Dans ce contexte, produire des voitures n’est pas vital. De toute façon, qui va les acheter ? Si PSA a des problèmes de trésorerie, il serait temps que les actionnaires et la famille Peugeot mettent la main à la poche. Là, c’est le moment."

Pour lire la suite, voir le site de France 3 région Bourgogne-Franche-Comte : ici

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :