Covid-19

par Syndicat CGT Le Meux  -  17 Avril 2020, 21:28  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Menaces et chantage à l’emploi : pour Amazon, plutôt fermer que réduire son activité

Condamné en justice à limiter ses activités aux produits essentiels, Amazon a décidé de fermer temporairement plutôt que de perdre en rentabilité. L’entreprise accuse l’action syndicale de cet arrêt et en a profité pour faire du chantage à l’emploi à demi-mots.

Covid-19

Crédits photo : INA FASSBENDER / AFP

Mardi, Amazon a été contraint par le tribunal de Nanterre de ne plus livrer que des articles “essentiels”, sous peine d’une amende d’un million d’euros par jour, le temps d’assurer des conditions sanitaires qui protègent la santé des salariés. Cette décision fait suite à une action en justice intentée par l’union syndicale Solidaires (Sud) ; le tribunal a jugé que le maintien de l’activité normale d’Amazon mettait ses salariés en danger, puisqu’elle ne permettait pas de respecter les distances de sécurité entre les travailleurs. Le personnel mobilisé avait plusieurs fois dénoncé les mesures de protection insuffisante mises en place par Amazon, et plusieurs appels à la grève et au droit de retrait avaient été lancés. L’entreprise a fait appel.

Fermeture temporaire d’Amazon : le festival des larmes de crocodile

Mais elle ne s’est pas contentée de réduire son activité aux 10 % de son activité que représentent les ventes de produits essentiels. Amazon a décidé de complètement cesser ses activités, plutôt que de suivre les recommandations du tribunal. « Je le regrette beaucoup, déclare Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France, à franceinfo. Évidemment nous faisons appel de la décision. L’action syndicale qui a conduit à ce résultat aura des conséquences. De nombreuses personnes en France pourront ne plus pouvoir, comme vous le disiez, recevoir des colis dans cette période de confinement et puis des milliers de salariés et de collaborateurs vont devoir rester chez eux ». Traduisons : nous préférons fermer plutôt que de risquer de ne pas être rentable, et ce sont nos employés qui vont payer la facture.

Rappelons que le géant américain a systématiquement refusé les droits de retraits des salariés, les qualifiant d’absences non-justifiées, et donc non payées. Quand les salariés refusent de mettre leur santé en danger, Amazon a recours massivement aux intérimaires dans ses entrepôts, travailleurs si précarisés qu’ils ne peuvent se permettre de refuser des offres d’emploi, peu importe les conditions.

Selon Le Monde diplomatique, « en France, durant la semaine du 2 au 8 mars, la croissance des ventes en ligne a été quatre fois supérieure à celle des commerces physiques, pourtant pris d’assaut. Depuis, la tendance s’accentue et Amazon, qui capte habituellement 20 % des achats en ligne des Français, se taille la part du lion ».

Et cette hausse de l’activité ne concerne pas que la France. Car pendant que les employés se battent pour être protégés au travail, le confinement semble être une aubaine pour Amazon et notamment pour son principal actionnaire Jeff Bezos, plus riche milliardaire du monde, qui a vu sa fortune augmenter de 24 milliards de dollars grâce à cette hausse d’activité.

Chantage à l’emploi et menaces

« L’action syndicale qui a conduit à ce résultat aura des conséquences » : cette phrase est sans équivoque. Fidèle à ses bonnes vieilles traditions anti-syndicales, Amazon rejette la responsabilité de la fermeture sur la mobilisation des travailleurs, et les menace de répression. « Cette semaine, nous demanderons aux employés de nos centres de distribution de rester chez eux. À plus long terme, nous évaluons l’impact de cette décision pour eux et notre réseau logistique français. » Comprenez : parce que vous avez osé protester, vous allez payer.

Aux États-Unis, Chris Smalls, un employé d’Amazon, a été renvoyé après avoir organisé un débrayage pour dénoncer le manque de mesures de précautions et de protection dans les entrepôts. L’entreprise de Jeff Bezos est une habituée de ce genre de pratiques. Des notes internes ayant fuité évoquent des stratégies pour salir l’image du militant : « Il n’est pas très intelligent et il ne sait pas s’exprimer. […] La première étape de notre riposte devra consister à expliquer en détail pourquoi la conduite de l’instigateur était immorale, inadmissible et sans doute illégale, et ce n’est qu’ensuite que nous pourrons sortir nos éléments de langages habituels sur la sécurité des travailleurs. »

Une stratégie que l’on retrouve aujourd’hui en France, où les travailleurs mobilisés sont accusés à demi-mot d’être responsables de la perte d’activité de leurs collègues, de la faillite des petites entreprises dépendantes d’Amazon, et du malheur des personnes attendant un colis (peut-être essentiel) qui ne sera pas livré.

« Ils ont quand même eu le culot de nous augmenter de 2 euros bruts de l’heure pour aller travailler pendant le confinement : c’est le salaire de la peur ! De jour en jour, je vois de plus en plus de voitures sur la route en allant travailler, c’est clair que le patronat est en train de faire reprendre au mépris de la santé des travailleurs. Pour autant, je pense qu’ils voient que les antagonismes de classe deviennent de plus en plus apparents, que les gens sont en colère contre le gouvernement mais aussi contre les patrons qui les forcent à revenir au travail », nous expliquait Robin Collignon, délégué syndical CGT à Amazon, dans une interview.

À l’image des transports, la livraison à domicile recouvre des activités très différentes. A-t-on besoin de produits non-essentiels pour vivre ? Non. A-t-on besoin de produits non essentiels pour vivre bien ? Sans doute. Mais dans la situation actuelle, l’activité en grande partie non-essentielle d’Amazon tourne à bloc et engrange des milliards supplémentaires dans la fortune des actionnaires, aux dépens des travailleurs insuffisamment protégés et qui risquent leurs vies dans des entrepôts.

La livraison à domicile se révèle cruciale pour certaines personnes âgées, handicapées ou vulnérables au Covid-19 ; ces cas mis à part, cette activité doit être dans sa grande majorité stoppée pour enrayer la progression du virus et sauver des vies. Comme nous l’avons revendiqué pour les transports publics, il est urgent que les salariés prennent leur sécurité en main, par le biais de commissions d’hygiène avec droit de regard, de contrôle et de veto sur tout ce qui touche à l’activité dans l’entreprise. Ceci pour le bien de l’ensemble de la population. Un jour peut-être jugerons-nous chaque euro gagné par Amazon, au regard du nombre de vies que cela aura coûté, nous n’oublierons rien. Nos vies valent plus que leurs profits.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :