GOUVERNEMENT AUTORITAIRE

par Syndicat CGT Le Meux  -  8 Avril 2020, 16:44  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Confinement. Le gouvernement renforce la répression plutôt que de généraliser les tests

Alors que Philippe envisageait déjà le déconfinement le 15 avril, il s'est vu obligé de rétropédaler ensuite. Plutôt que de fermer les usines non-essentielles, de généraliser les tests et de donner des moyens à l'hôpital public, le gouvernement accentue la répression.

GOUVERNEMENT AUTORITAIRE

 Crédits photo : AFP 

Alors que Philippe envisageait déjà le déconfinement le 15 avril, il s’est vu obliger de rétropédaler ensuite. Plutôt que de fermer les usines non-essentielles, de généraliser les tests et de donner des moyens à l’hôpital public, le gouvernement accentue la répression. Les préoccupations du gouvernement ne sont guère la santé des travailleurs. L’attention de Macron et de ses ministres est plutôt portée à la production et au profit des entreprises, faisant tourner des secteurs entiers de la production non-essentielle alors que le reste de la population est confiné.

Le jogging a été interdit par Anne Hidalgo à Paris de 10h à 19h. Dans plusieurs villes de France, les maires imposent et durcissent les couvre-feu alors qu’il était déjà interdit de sortir à plus d’un kilomètre de chez soi. A Nice, Christian Estrosi a avancé le couvre-feu à 20h ce lundi et durci les contrôles là où les amendes s’élèvent à 200€ et ont été distribuées à plus de 100 000 personnes depuis le début du confinement. Tout cela est assuré par les méthodes de surveillance évoquées plus haut, allant parfois jusqu’à déployer des drones pour surveiller les allées et venues de la population.

Dans le même temps, une nouvelle attestation disponible sur smartphone est apparue. Castaner annonce qu’une application de "tracking", de traçage, pourrait bientôt voir le jour. D’après le Huffington Post, « Le tracking à visée médicale est une piste étudiée par le gouvernement, a confirmé le ministre sur France 2. Il s’agit de l’utilisation de certaines données des téléphones, notamment GPS, pour tracer les contaminations éventuelles de Covid-19. Alors que ce système est décrié car susceptible de violer les libertés individuelles, Christophe Castaner a estimé ce dimanche soir qu’il pourrait tout de même être “soutenu” par les Français. »

D’après La Dépêche, « Techniquement, il n’est pas difficile de suivre les déplacements d’une personne grâce à son smartphone. (…) La géolocalisation [est] rendue possible grâce au GPS intégré dans les smartphones. C’est ce qu’ont utilisé certains pays en Asie pour lutter contre le Covid-19. » Mais cela est « Impossible en France, pour des raisons d’éthique mais aussi juridiques. (…) Reste alors le Bluetooth, une technologie beaucoup moins intrusive. Il permet à deux téléphones de communiquer entre eux, sans pour autant géolocaliser les personnes. (…) C’est cette méthode - et l’application Trace Together - qui a été utilisée à Singapour pour lutter contre la propagation du virus. Et c’est cette solution que semble privilégier l’exécutif français. »

L’ex-secrétaire d’État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, déclare qu’il s’agit de trouver « un équilibre entre la préservation des libertés individuelles et la protection sanitaire des citoyens ». Mais il n’y a pas d’équilibre possible quand des millions de travailleurs risquent leur vie en première ligne et que des millions de vies sont en danger ! Il faut des mesures radicales pour la santé des travailleurs et dans l’intérêt de la majorité de la société, pas dans celui des capitalistes : des quantités massives de masques et de tests gratuits.

Loin de prendre ces mesures, le gouvernement n’a cessé de durcir un confinement autoritaire dont les méthodes ont notamment été permises par la loi d’urgence. C’est la lutte contre le virus qui justifierait donc la surveillance via les smartphones. Politiciens en tout genre nous assurent qu’il n’y aura nulle autre utilisation de cette application, mais il est permis d’en douter.

La répression, la surveillance et le traçage ne sont pas la solution pour la sécurité de la population. Les travailleurs, aujourd’hui en première ligne de la lutte contre l’épidémie, sont nombreux à exiger la reconversion des entreprises dont la production est non-nécessaire vers la production massive de masques, de gel et de respirateurs.

Un déconfinement ne pourra être véritablement envisagé que quand on pourra scientifiquement évaluer le nombre de contaminés et comment évolue la courbe épidémiologique. Mais pour savoir tout cela et pour endiguer le virus, le confinement autoritaire et répressif n’est absolument pas une solution. Il faut des tests massifs et gratuits pour tous les travailleurs et toute la population.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :