Nos vies valent plus que leurs profits

par Syndicat CGT Le Meux  -  14 Mai 2020, 12:20  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Allemagne. Le plus grand groupe de voyage au monde supprime 8 000 postes et verse 1,7 milliards de dividendes

Le plus grand groupe voyagiste du monde Travel Union International (TUI), a annoncé vouloir supprimer 8000 emplois, qu'il justifie par la volonté de réduire ses pertes économiques générées par le ralentissement drastique du tourisme. Ce scandaleux projet de licenciement est une nouvelle preuve que les entreprises sont prêtes à tout pour conserver leurs profits, sur le dos des travailleurs.

Nos vies valent plus que leurs profits

Crédits photo : AFP

La crise du coronavirus a entraîné une très grosse perte d’activité des groupes de voyage dans le monde et a fortement impacté leurs bénéfices. Ces groupes tentent aujourd’hui de faire payer le poids la crise aux travailleurs, comme on le voit en France avec Air France qui a prévu un plan de licenciement massif [Il en va de même pour le constructeur Derichebourg Aero qui a dors et déjà annoncé la suppression de centaines d’emplois. Le groupe de voyage Allemand TUI, plus gros voyagiste du monde, a annoncé une volonté de supprimer près de 8000 postes à travers le monde. Ces 8000 postes constituent près de 11% de ses 70 000 travailleurs autour du globe, donc une énorme proportion de ses effectifs.
 
Selon le groupe, ces suppressions de postes répondent à une nécessité de réduire les coûts et les dépenses de l’entreprise.TUI annonce, en effet Par rapport à la période considérée en 2019, la perte s’élèverait à 10 % de son chiffre d’affaire et à 181% de ses résultats d’exploitation, soit environ 681 millions d’euros en moins pour l’entreprise.. Ces groupes ont choisi les salariés comme variable d’ajustement face à la crise du Covid-19.
 
Ces chiffres peuvent paraître considérables mais ils doivent être mis en comparaison avec le chiffre d’affaire global de l’entreprise, estimé à plus de 17 milliards d’euros pour l’année 2020, ainsi qu’aux 10 % de rendement des dividendes que le groupe versera à ses actionnaires en 2020 selon Boursorama, soit 1,7 milliards d’euros.

De plus, l’entreprise a bénéficié d’un prêt d’urgence garantie par l’Etat Allemand à hauteur de 1,8 milliards d’euros qui n’est pas sans rappeler, une fois de plus le cas d’Air France qui a touché 7 milliards de l’Etat français sans aucunes contreparties. Une somme non négligeable qui permet à l’entreprise de réduire ses pertes tout en élaborant un plan de licenciement massif.
 
En effet, c’est d’ailleurs plus précisément sur ces crédits, qui selon le groupe « doivent être remboursés dans un laps de temps très court », que TUI justifie sa volonté de licencier 8000 postes. C’est donc encore une fois la logique de faire payer aux travailleurs les pertes du groupe dans un contexte de crise économique et sanitaire que s’est engagé le groupe.

Et alors que les entreprises se cachent derrière le spectre de la faillite pour maintenir leurs profits faramineux par les plans de licenciement, il s’agit de rendre public les sommes astronomiques que gagnent chaque année le patronat et les actionnaires. Ainsi, face aux offensives du patronat main dans la main avec les gouvernements, il est nécessaire de revendiquer la levée du secret commercial sur l’ensemble des capitaux possédés par l’entreprise ainsi que sur ses résultats, pour faire la lumière sur les richesses accumulées aux dépens des salariés par le patronat. Il sera ainsi possible de voir où va tout cet argent et de revendiquer plus fortement encore l’interdiction des licenciements !

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :