Mépris de classe

par Syndicat CGT Le Meux  -  5 Juin 2020, 15:03  -  #Notes d'information Cgt Unilever

VIDEO. Interpelé, le patron de Derichebourg maintient : il faut mourir de faim ou du virus

« Les gens vont devoir choisir de quoi ils veulent mourir de faim ou du virus » avait dit le PDG de Derichebourg Aero. Un avis mûrement réfléchi qu’il confirme aujourd’hui face à ses salariés dont il veut désormais sabrer le salaire.

Mépris de classe

Pascal Lannette, PDG de Derichebourg Aero avait laissé un choix cruel à ses salariés pendant la crise sanitaire : mourir de faim ou mourir du virus. Aujourd’hui, les salariés, déjà dans des situations de difficulté financière avec le chômage partiel qui leur ponctionne leur salaire de 16% ainsi que toutes les primes (ce qui peut représenter plusieurs centaines d’euros par mois), se mobilisent contre « l’Accord de Performance Collective » (APC) qui va supprimer une grande partie de leurs acquis sociaux Aujourd’hui, ils étaient 200 mobilisés pendant que se tenait le CSE pour montrer leur opposition totale à l’accord de performance collective.

 

A la fin de la réunion, le PDG, Pascal Lannette a voulu venir s’adresser aux salariés. Interpelé par l’un d’entre eux sur sa déclaration ignoble, il déclare « Je le pense toujours ». Après avoir risqué de mourir du virus, ils vont maintenant mourir de faim, Pascal Lannette ne laissait en définitive pas le choix, lui qui maintient sa volonté de précariser toujours plus les travailleurs et travailleuses de la boîte avec un Accord de performance collective qui vient supprimer leurs acquis en leur laissant un autre choix : moins d’argent à la fin du mois ou les licenciements. Ce mépris réaffirme la nécessité de lutter sans aucune forme de négociation avec la direction ! Ni licenciement, ni baisse de salaire !

Mardi prochain, le 9 juin, les salariés se réuniront encore une fois devant le siège de la direction, soyons nombreux pour les soutenir et montrer que nous ne laisserons pas la crise sanitaire et économique être un prétexte pour que le patronat nous précarise et nous licencie. L’attaque qui est faite aux salariés de Derichebourg, c’est seule qui attend tous les travailleurs de l’aéronautique et de nombreux autres secteurs, leur bataille est donc décisive !

Pour s’opposer au chantage de la direction, dénoncer la situation et mettre en garde devant l’offensive patronale qui vient, L’UNSA SMNSAC Aérien de Derichebourg Aéronautique Services (DAS) a également lancé une pétition publique. Pour les soutenir signez ici.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :