Nouvelle trahison

par Syndicat CGT Le Meux  -  20 Juin 2020, 18:39  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Derichebourg. Veyrier soutient l’accord

 

et bloque les comptes Twitter des

 

ouvriers mécontents

 

Sur LCI, le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, a apporté son soutien au très controversé accord signé chez Derichebourg Aéro à Toulouse. Par la suite, des ouvriers mécontents ont interpellés Veyrier sur Twitter. Ce dernier a purement et simplement bloqué leur compte.

Nouvelle trahison

Il y a les paroles et les actes, qui visiblement ne sont pas en symbiose du côté de Force Ouvrière. Si Yves Veyrier, son secrétaire général, ne cesse de répéter qu’il est hors de question de s’en prendre aux salaire sous la menace de licenciements tout comme il faut refuser les licenciements, le syndicat FO chez Derichebourg Aéronautics Services à Toulouse a signé un Accord de Performance Collective (APC) attaquant de large pan des acquis des travailleurs, notamment les diverses primes qui constitue une part importante des revenus net par mois. La rémunération des ouvriers est sévèrement attaquée. En ajoutant à cela, la perte de certaines primes en étant au chômage partiel, certains ouvriers perdent autour de 500 euros par mois. Pire encore, cet accord n’écarte nullement le spectre de licenciements dans l’entreprise !

Alors que les salariés de Derichebourg s’étaient mis en grève contre la signature de l’accord, Jean-Marc Moreau, délégué FO sur le site, avait affirmé, sur le piquet, avoir eu Yves Veyrier au téléphone et que ce dernier soutenait la signature de l’accord. Des propos qui entrent en contradiction avec ceux tenus par Veyrier lui-même, quelques heures auparavant, ou le secrétaire général de FO indiquait sur France Inter qu’il fallait « s’assurer qu’à la clé, il n’y a pas de suppression d’emploi ni de serrage de ceinture sur les salaires ».

Depuis, les ouvriers de Derichebourg, rassemblés au sein d’un collectif de salariés mêlant syndiqués et non-syndiqués, ont ouvertement interpellé Veyrier pour qu’il confirme avoir apporté son soutien à la signature de l’APC. C’est finalement sur LCI, sans avoir daigné répondre directement aux ouvriers de Derichebourg, que Veyrier a apporté sa réponse. Alors que Manuel Bompard abordé, avec Sacha Houlié, député macroniste, la question de Derichebourg, Veyrier a affirmé que « le syndicat Force Ouvrière est majoritaire, il a négocié. Je pense qu’ils savent à peu près de quoi ils parlent ».

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir les travailleurs. Dans une vidéo postée sur Facebook, Abder, membre du collectif des salariés de Derichebourg, a interpellé le secrétaire général de FO. « Monsieur Veyrier, oser dire que l’APC n’a pas eu de conséquence sur les salaires, c’est se foutre de la gueule du monde [...] Et ça, je vous laisserai pas le dire, parce qu’à un moment il y en a marre d’entendre des conneries pareilles sur un plateau. C’est un mensonge pur et dur en direct à la télé » a t-il notamment déclaré.

 

Mais visiblement, Yves Veyrier ne semble pas apprécier que des travailleurs du rang lui demandent des comptes et mettent en avant la contradiction entre un discours combatif et une politique concrètement d’accompagnement des attaques du patronat, comme c’est le cas à Derichebourg. Ainsi, Gaëtan Gracia, militant au NPA-Révolution Permanente et à la CGT des Ateliers de la Haute Garonne, a indiqué sur Tweeter que le secrétaire général de Force Ouvrière... bloquait tout simplement les comptes de celles et ceux qui l’interpellaient sur cette affaire !

Un seul contre-exemple, le cas de Ryanair s’oppose à l’APC, mais uniquement parce que la direction refuse de convoquer le CSE et d’ouvrir des négociations. En fait, il semblerait que Veyrier soit contre les APC, quand son syndicat ne peut pas négocier avec le patron à quelle sauce les ouvriers vont être mangés. Les ouvriers de Derichebourg l’ont répété maintes et maintes fois et l’ont érigé en slogan sur les tracts qu’ils distribuent devant les autres entreprises du secteur aéronautique, "on ne négocie pas le poids des chaînes !"

On le sait, dans les prochains mois, les attaques type APC, plans de licenciements, tout ce qui peut être pris par le patronat contre les acquis des travailleurs vont se multiplier, dans le secteur aéronautique comme ailleurs. Les salariés de Derichebourg, en s’organisant en collectif rassemblant syndiqués et non-syndiqués, ont montré la voie pour lutter contre ces attaques, qui peuvent être appuyées par des syndicats, comme c’est le cas dans cette affaire. Une expérience précieuse et un combat qui n’est pas terminé chez Derichebourg !

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :