Un usage disproportionné de la force... ​​​​​​​

par Syndicat CGT Le Meux  -  18 Juin 2020, 10:56  -  #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : le blog d'Antoine Manessis.

 

Une infirmière jette des projectiles en direction des forces de l'ordre et leur fait des doigts d'honneur excédée par les provocations policières et les gazages de tous les manifestants. Cette infirmière a 52 ans. Elle a travaillé pendant 3 mois entre 12 et 14 heures par jour contre le coronavirus, contribuant à sauver des vies. Du fait de son travail elle eu le covid. Hier elle manifestait pour qu'on revalorise son salaire, qu'on reconnaisse son travail. Elle avait sa blouse. Elle mesure 1m55. Elle s'appelle Farida, vit à Ivry et travaille à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif dans le Val-de-Marne depuis 17 ans.

Les flics de Macron, "ensauvagés" comme dit Madame Le Pen quand elle parle des étrangers, l'ont frappée, battue, traînée par les cheveux. Rien ne justifie ce type de comportement. On ne répond pas à une bêtise, même à un acte délinquant, par une violence d'Etat disproportionnée et odieuse. Cette femme a été passée à tabac puis arrêtée pour  "pour outrage, rébellion et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique." Quand on voit les images, toutes les images, on a beau savoir, comment ne pas être indigné, consterné et accablé par la bassesse et la violence des "dépositaires de l'autorité publique" et par la stupidité de leur accusation. Quand on voit au moins quatre robocops la menotter et une bonne vingtaine l'entourer pour que les journalistes ne puissent voir ce qui se passe.

Plusieurs élus de la France Insoumise, le député de Seine Saint-Denis Eric Coquerel, la députée de Paris Danièle Obono ou la députée du Val-de-Marne Mathilde Panot, se sont rendus sur place et ont pu s'entretenir avec l'infirmière dans le commissariat.L'infirmière est choquée physiquement et moralement avec des bleus et des plaies au cuir chevelu selon la députée Mathilde Panot. Toujours en garde à vue mardi soir à minuit. Elle a reconnu avoir "pété les plombs", harassée par le travail et indignée par le manque de parole de Macron. Le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a réagi vers minuit : "Ignoble : Farida l'infirmière est toujours menottée et blessée sans soin. Vous réalisez ? Blessée et menottée. C'est ça leur police soi-disant républicaine".  

Que dire de plus ? Sinon le mépris souverain que devrait ressentir tout républicain devant une telle perversion de l'idéal républicain. C'est ce genre de comportement qui amène des tragédies comme celle de Cédric Chouviat, un livreur de 42 ans, père de cinq enfants, plaqué au sol par trois policiers, mort  d’une asphyxie "avec fracture du larynx". La trop fameuse clef d'étranglement dont l'usage a été finalement autorisé par Castaner, très provisoire ministre de l'intérieur, après qu'il eut abandonné toute velléité de son retrait face aux syndicats de droite extrême de la police. Et probablement qui a causé la mort d'Adama Traoré. Mais il faut dire que le social-fasciste Manuel Valls dans une tribune de Valeurs actuelles vient d'expliquer que "la lutte des classes disparaît au profit de la guerre entre races". Mais n'est-ce pas déjà Hitler qui pensait que "l’histoire de l’humanité est celle de la lutte des races".

Un vent mauvais souffle sur notre pays. 

Antoine Manessis.

Dernière minute l'infirmière est sortie de garde à vue  mais est convoquée devant le tribunal correctionnel le 25 septembre prochain

Publié par FSC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :