La généralisation du télétravail massif, nouveau Graal des directions des ressources humaines ?

par Syndicat CGT Le Meux  -  23 Juillet 2020, 20:32  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Le télétravail est la nouvelle marotte de nombreuses entreprises en cette période post-confinement, alors que l'épidémie de coronavirus circule toujours. Certaines directions des ressources humaines redoublent d'imagination pour pousser leurs salariés à travailler de chez eux. Eclairage avec les DRH de PSA, Unilever et Technicolor.

La généralisation du télétravail massif, nouveau Graal des directions des ressources humaines ?

Relativement peu commun en France avant la crise sanitaire, pas forcément apprécié des directions et encore peu réclamé par les salariés, le télétravail est désormais dans toutes les bouches. Collaborateurs comme managers entendent en faire un outil phare dans l'organisation du travail. Et pour cause, alors qu'il était pratiqué par seulement 8 % des actifs français avant le confinement (face à une moyenne européenne de 17 %), le télétravail est désormais sollicité par plus de 80 % de ces derniers. Mais sous conditions...

À l'heure actuelle, les explications sont encore multiples. Le fait de travailler chez soi peut s'avérer pratique, moins fatiguant et moins dangereux, en cette période de pandémie, qu'être obligé par exemple d'effectuer une heure de trajet dans les transport en commun. Pour ceux qui prennent la voiture, c'est autant de carburant acheté et consommé en moins. Un bon point pour son portefeuille et pour la planète. De plus, avec la généralisation des moyens de communications et de vidéoconférence, il n'a jamais été aussi simple de communiquer à distance avec ses collègues.

 

L'amour soudain du télétravail

 

Ainsi, et peut-être pour la première fois dans l'histoire du salariat, directions des ressources humaines et salariés semblent s'accorder pour réduire le temps de travail en présentiel. Pour discuter de cette nouvelle tendance, le cabinet de conseil LHH organisait une table ronde virtuelle le 21 juillet, en compagnie notamment de Xavier Chéreau, Frédéric Faure et Olga Damiron, respectivement DRH chez PSA, Unilever et Technicolor. L'occasion d'évoquer les ambitions des trois groupes internationaux en matière de télétravail.

PSA a surpris tout le monde, syndicats compris, en annonçant en mai dernier sa volonté d'imposer le travail à distance durant 70 % de la semaine, pour environ 40 000 de ses salariés. Le groupe automobile, qui compte tester le dispositif dans huit sites à partir de la rentrée, espère "accroître [son] efficience collective, individuelle et environnementale, explique Xavier Chéreau. On veut réduire de manière importante nos déplacements et notre empreinte immobilière, pour repenser les espaces de travail". La démarche doit être généralisée d'ici à la fin de l'année.

 

Une pratique sollicitée par la majorité du personnel de PSA, selon son DRH

 

Pourquoi cette soudaine frénésie du télétravail massif ? Selon des enquêtes récemment réalisées en interne citées par le DRH de PSA, 79 % des salariés y seraient désormais favorables, et 76 % seraient partants pour un rythme de 2/3 à distance et 1/3 en présentiel. Un taux qui monte à 83 % dans les équipes dans lesquelles les managers sont parvenus à conserver une bonne cohésion, notamment via des réunions virtuelles. Autre statistique encourageante selon la direction, 80 % des collaborateurs ont expliqué ne pas avoir rencontré de difficultés à travailler à distance durant le confinement. Ce serait même 85 % si on prend uniquement en compte les femmes.

La CFDT du groupe automobile avait elle aussi sondé les cadres et techniciens concernés. Résultat publié le 22 juin : un sujet "clivant", concluait pour sa part le syndicat, puisque 56% des 3372 répondants sont opposés au projet de télétravail massif, quand 44 % y sont plutôt favorables.

Durant le confinement, PSA a compté entre 36 000 et 39 000 télétravailleurs, contre un peu moins de 20 000 en 2019. Pour conserver ad vitam æternam ce chiffre, le groupe a constitué sept groupes de travail qui doivent réfléchir aux manières les plus optimales de généraliser le travail à distance dans tous les sites concernés. L'un de ces groupes est uniquement composé de salariés de moins de 35 ans, susceptibles d'apporter des "idées fraîches et nouvelles" lors des négociations avec les syndicats.

La direction l'assure d'ailleurs, l'avis de ces derniers sera toujours pris en compte pour formaliser le nouveau cadre. Des solutions individuelles pourront également être trouvées selon les particularités et les besoins de chacun. "Mais quand 80 % de la population souhaite se diriger vers l'ère du télétravail, on se doit de réfléchir à une nouvelle organisation", conclut Xavier Chéreau.

 

Les réflexions d'Unilever

 

Chez le groupe agroalimentaire Unilever, la quasi totalité des salariés non ouvriers sont en télétravail depuis début mars, soit quelques jours avant la généralisation du confinement en France. "Nos salariés du siège possèdent tous le même ordinateur portable, ce qui a été un énorme avantage. Chacun est parti avec un outil informatique en capacité de fonctionner de la même manière qu'à son bureau, témoigne Frédéric Faure, le DRH d'Unilever France.

Parce qu'ils se sont sentis accompagnés et que les équipes sont restées en contact grâce aux outils de visioconférence, les salariés ont presque unanimement estimé que les process d'entreprise fonctionnaient bien, voire mieux, en télétravail, selon des enquêtes qualitatives et quantitatives réalisées en interne. "On a vu progresser de manière considérable l'adhésion au télétravail au sein des salariés. Les gens sont plus autonomes et les réunions vont directement à l'essentiel", ajoute Frédéric Faure.

La situation est cependant plus compliquée pour les personnes travaillant en usine et les commerciaux terrains. Différentes règles ont été instaurées, comme le port du masque. De plus, si le télétravail peut améliorer la productivité, le manque de contact semble altérer de manière négative la créativité des équipes du groupe. Des réflexions ont été entamées pour tenter d'y remédier et, de manière générale, déterminer à quel rythme le télétravail sera proposé dans les prochains mois. "On réfléchit également à réorganiser le siège social, et peut-être à réduire le nombre d'open spaces", confie Frédéric Faure.

 

Technicolor envisage aussi une généralisation massive du télétravail

 

Enfin, du côté du spécialiste français de l'image Technicolor, la question de la prolongation du télétravail semble avoir été tranchée. Pour les salariés concernés, "le télétravail s'est bien passé, on espère passer à terme sur un tiers des effectifs en télétravail pendant 2 à 3 jours par semaine et une journée par mois où tout le monde est présent sur site, avec des rythmes différents, avec des lieux de partage, de rencontre", explique la directrice ressources humaines et RSE du groupe, Olga Damiron, nommée en février.

Le groupe réfléchit aussi à proposer des solutions adaptées à ses collaborateurs. "En Inde par exemple, nos salariés disposent de bureaux modernes et d'internet. Ce n'est pas forcément la même histoire quand les gens rentrent chez eux. Ils n'ont pas tous de connexion, ni même d'ordinateurs portables, raconte la DRH. En France, les limites diffèrent mais existent. Des personnes vivent dans 20 m², des femmes se retrouvent seules à gérer plusieurs enfants... Il existe des inégalités qu'il va falloir prendre en compte pour que tous télétravaillent de manière optimale".

i le bien-être des salariés entre, on l'espère, en compte dans les réflexions des entreprises et des groupes sur le télétravail, là n'est pas la seule motivation des directions. Moins de présentiel pourrait à terme permettre d'optimiser les locaux, c'est à dire de réduire les surfaces de travail physique et optimiser ainsi son parc immobilier ou diminuer ses charges locatives. Une optimisation qui ne devra pas se faire au détriments des conditions de travail.

 

Publié par usinenouvelle.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :