Vidéo

par Syndicat CGT Le Meux  -  26 Septembre 2020, 15:01  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Interview. Lubrizol 1 an après : « Il y a

 

une impunité pour ceux qui mettent nos

 

vies en danger »

 

Le 26 septembre 2019, 9 500 tonnes de produits chimiques partaient en fumée à l'usine Lubrizol. Un an après, l'incertitude règne toujours concernant les conséquences pour la santé des riverains. Collectifs et syndicats dénoncent la responsabilité des industriels et la complicité de l'Etat. Une nouvelle manifestation aura lieu ce samedi à Rouen. Interview de Gérald Le Corre, inspecteur du travail CGT et animateur du collectif unitaire Lubrizol.

 

Vidéo

Gérald Le Corre est inspecteur du travail, militant CGT et animateur du collectif unitaire Lubrizol, qui s’est monté dans les jours qui ont suivi la catastrophe à Rouen, réunissant des syndicats de travailleurs et différentes associations de défense des victimes de Lubrizol et de l’environnement. Un an après, une manifestation a lieu à Rouen ce samedi pour continuer de clamer « Lubrizol coupable, Etat complice ! » Pour Gérald Le Corre, qu’on avait vu fondre en larmes devant les médias à quelques jours de l’incendie, cette catastrophe dont les conséquences pourraient s’avérer dramatiques – cancers, malformations fœtales, etc. - était évitable : « L’Etat connaissait la situation à Lubrizol et à Normandie Logistique, mais avec ses politiques de soutien à l’économie et aux grosses entreprises capitalistes, il a décidé de laisser faire ».

Il va même plus loin, pointant les risques industriels élevés liés à une gestion capitaliste qui privilégie les profits sur la vie et la santé des travailleurs : « Le gouvernement sait très bien qu’on a des industries qui continuent à fonctionner, soit dans les processus de production, soit dans les processus de stockage qui sont d’ailleurs souvent sous-traitées, dans des conditions dangereuses. Et c’est encore pire post-covid, avec le plan de relance, avec la politique de Castex, Macron, Lemaire et cette bande-là qui a mis en place une politique criminelle contre les travailleurs, ils continuent au nom de l’économie et au nom de la reprise à dire ’on ne va pas emmerder les industriels’. (…) On l’avait déjà eu avec les accidents du travail et les morts de l’amiante, il y a cette impunité pour ceux qui continuent à mettre notre vie en danger et à tuer des travailleurs, donc il faut que ça change. Et pour ça il ne suffit pas d’avoir une bonne plateforme revendicative, il faut que cette convergence des luttes se transforme dans la rue, et c’est pour ça qu’on appelle à des rassemblements ce 26 septembre un peu partout en France ».

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :